97 – Une troisième marque de putters fabriqués en France

Temps de lecture : 2 minutes

En octobre 2016 je vous proposais un article sur deux marques de putters fabriqués en France : Argolf et Valgrine. Et bien il en existe une troisième, Black Lys.

Des putters originaux

Créée il y a un peu plus de trois ans à l’initiative d’un métallurgiste, Jean-Marc Sanguesa, l’entreprise est installée dans le Jura à Pratz.
La gamme Black Lys se compose de 4 modèles de têtes qui peuvent être équipées de deux tailles de grips. Trois modèles : Francisco, Virgin et Massimo sont vendus 700 €. Paulo est au prix de 800 €

putters
Les grips Black Lys

C’est le design des clubs qui attire d’abord l’attention. Que ce soit pour les têtes, les shafts ou les grips, l’originalité prévaut.
Nous sommes toujours dans le haut de gamme au niveau des prix et de la finition. Mais je ne peux vous dire comment ces modèles se comportent sur le green. 

putter
Tête du putter Francisco

Black Lys expose ses produits sur certains évènements comme le salon du golf ou l’Opale business cup de Saint-Omer.

On peut s’interroger sur l’apport à notre jeu de tels putters dans ces gammes de prix ? Le débat ne sera jamais clos. Mais un putter de bonne facture bien réglé par un pro du fitting reste un atout maître.
Encore que ! J’ai récemment joué en double avec une partenaire qui a enquillé put sur put tout au long du parcours en jouant un putter très bas de gamme dans un style qui m’a semblé pour le moins non conformiste. Allez avoir un avis définitif après ça !

Des nouvelles d’Argolf

Putters
Kenny Perry

Si vous suivez les activités des golfeurs professionnels vous avez constaté que les putters Argolf réalisent une belle percée dans ce monde fermé. Ils équipent de nombreux joueurs et joueuses et Kenny Perry a remporté le dernier US open seniors avec un putter de la marque bretonne.
Point important : les putters Argolf vendus aux particuliers sont exactement les mêmes que ceux qui équipent les pros ! C’est rare dans le monde du golf.
Argolf doit sortir deux nouveaux putters en 2018. 
 

96 – Modifications 2018 des règles de golf

Temps de lecture : 4 minutes

Disons le tout de suite, ces mises à jour 2018, même si elles s’appliquent à tous les golfeurs, ne vont pas bouleverser la vie des amateurs qui se contentent de mettre en jeu leur index de temps en temps. Par contre il en est tout autrement pour les professionnels.

Modifications 2018 des règles de golf
L’Australien Adam Scott sur le 17eme trou à Augusta en Georgie en avril 2014. © REUTERS/Mike Segar

Sans attendre la refonte 2019 des règles qui régissent le golf les instances (Royal et Ancient et US Golf Association) viennent de prendre deux décisions liées.

1 – Suppression de la pénalité de 2 coups prévue à l’article 6.6 d

Extrait des règles

Le compétiteur est responsable de l'exactitude du score consigné pour chaque trou sur sa carte de score. S'il rend, pour n'importe quel trou, un score inférieur à celui réellement réalisé, il est disqualifié. S'il rend, pour n'importe quel trou, un score supérieur à celui réellement réalisé, le score ainsi rendu est maintenu.
Exception : Si un compétiteur rend, pour n'importe quel trou, un score inférieur à celui réellement réalisé pour avoir omis d'inclure un ou plusieurs coups de pénalité qu'il ignorait avoir encourus avant de rendre sa carte de score, il n'est pas disqualifié. Dans de telles circonstances, le compétiteur encourt la pénalité prescrite par la Règle applicable et une pénalité supplémentaire de deux coups pour chaque trou où le compétiteur a commis une infraction à la Règle 6-6d.

Cette Exception ne s'applique pas lorsque la pénalité applicable est la disqualification de la compétition.

Cette suppression a été jugée nécessaire dans la mesure où il est toujours possible d’appliquer des pénalités même si la carte de pointage a été rendue. Il incombe au comité de prendre toutes les dispositions pour assurer un arbitrage correct.

Pour y parvenir les instances rappellent une règle générale pour l’utilisation des informations venant de toutes les sources crédibles
« Lorsque des décisions doivent être prises dans l’application des règles du golf, les joueurs, les arbitres et le Comité chargé de la compétition continueront d’examiner tout renseignement provenant d’une source crédible, y compris :

– Des témoins sur le parcours, comme les autres joueurs, les caddies, les arbitres, les commissaires et les spectateurs.

– La vidéo de la compétition qui est produite par le partenaire de diffusion.

L’examen de toutes les preuves disponibles demeure un élément essentiel de l’application des règles du golf, parce que beaucoup de choses se produisent pendant un tour qui ne peuvent pas être vues par les joueurs ou les arbitres. »

Ainsi, si le Comité se donne tous les moyens de corriger un score après remise de la carte signée, il n’est plus nécessaire d’appliquer une pénalité additionnelle.

Modifications 2018 des règles de golf
L’Américaine Lexi Thompson s’est vu infliger quatre coups de pénalité pour une infraction signalée par un téléspectateur et commise la veille. l’ANA Inspiration 2017

Cette modification sera une règle locale permanente en 2018, avant d’être introduite dans le nouveau livre des Règles qui sera édité en 2019.

Notons que la règle R6-6.d fait partie de la Règle 6 « Le joueur » dans le chapitre « Responsabilité du joueur« . La règle 6-6 est intitulée « Score en Stroke Play« ,  le paragraphe 6-6.d « Score incorrect sur un trou« .

Cette règle connaît son troisième changement en moins de 5 ans. Avant 2016 tout score incorrect rendu entraînait la disqualification directe du joueur. En 2016 la note d’exception entrainant deux coups de pénalité était introduite. En 2018, les deux coups de pénalité sont supprimés.

La note d’exception pourrait être ainsi rédigée (Attention c’est une traduction de mon cru. J’attends celle officielle de la FFGolf qui ne sera disponible que début 2018)

Exception : Si un concurrent retourne, pour un trou, un score inférieur à celui effectivement applicable, car il a omis d’inclure un ou plusieurs coups de pénalité qu’il ne savait pas avoir encourus avant de retourner sa carte de score, il n’est pas disqualifié.
Dans de telles circonstances, le compétiteur encourt la pénalité prévue par la Règle enfreinte, mais il n’y a pas de pénalité supplémentaire pour une infraction à la Règle 6-6d.
Cette exception ne vaut pas lorsque la peine encourue est la disqualification de la compétition.

2 – Protocole vidéo pour les compétitions télévisées

À partir du 1er janvier 2018, il y aura, lors des grands tournois internationaux, un  ou plusieurs arbitres qui décortiqueront les images de retransmission TV et qui feront état de possibles infractions aux règles.

« Les fans doivent avoir du plaisir à voir jouer les meilleurs joueurs du monde lors des retransmissions à la télévision », estime Thomas Pagel, chef du département règles auprès de l’USGA.
« Mais cela présuppose de faire confiance aux responsables sur place qui sont capables d’appliquer les règles au mieux. Et cette application devrait incomber aux officiels et aux joueurs concernés. »

 

Cette surveillance vidéo devrait donner lieu à l’identification rapide et à la résolution de presque tous les problèmes relatifs aux règles qui peuvent être vues dans une vidéo diffusée. Elle devrait contribuer à réduire le nombre de fois où un cas litigieux qui n’a pas été vu doit être abordé plus tard.

Le Comité n’a pas besoin d’une intervention extérieure venue des téléspectateurs qui croient qu’ils ont vu une infraction aux règles sur la vidéo diffusée.

Les informations qui pourraient-être portées plus tard à l’attention du comité  par un joueur, une personne travaillant pour les organisateurs de la compétition ou une source grand public  (comme les médias), après visionnage de la vidéo, sera toujours prise en considération comme tout autre information disponible.
Le fait qu’une question potentielle en rapport avec les règles n’ait pas été vue lors de la surveillance vidéo ne signifie pas que le Comité ne tiendra pas compte de l’information.

Modifications 2018 des règles de golf
Seules les images captées par le partenaire vidéo officiel d’un tournoi pourront être prises en considération pour prouver une infraction.

Enfin les instances précisent clairement qu’une vidéo qui est amené au Comité venant d’une source autre que le partenaire de diffusion TV ne sera pas acceptée comme « preuve » à moins que le Comité soit convaincu de sa fiabilité.
En particulier, cela signifie que la vidéo de la caméra d’un individu, d’un smartphone ou d’un appareil similaire ne sera pas utilisée.

95 – Les émotions du golfeur

Temps de lecture : 4 minutes

Vers le 14 ou 15e trou, soudain une petite voix au fond de vous murmure  : « vivement que cette partie se termine ! » Je suis certain que ça vous est arrivé ?
Coup de fatigue ? Oui mais plus certainement fatigue émotionnelle.

Les émotions ont leur utilité

Nos émotions et les réactions qu’elles entraînent permettent de nous adapter aux diverses situations que nous devons affronter. Il faut les voir comme un système de pilotage qui va nous permettre de naviguer parmi les écueils de la vie, et d’y faire face.
Mais nous avons un problème, car en réalité le but de notre vie est la satisfaction de nos besoins. Oui je sais c’est dur à entendre mais nous sommes aussi des animaux. Il faut accepter ! Nous nous retrouvons donc particulièrement fragiles face à tout ce qui pourrait nous empêcher d’atteindre cette satisfaction. Continuer la lecture de « 95 – Les émotions du golfeur »

94 – Une routine de putting
pour déjouer les pentes

Temps de lecture : 9 minutes

 

Comment déjouer les pentes des greens ?

La routine que je vais détailler va paraître interminable ! Non pas de panique il  suffit de quelques secondes pour la réaliser. Souvenons-nous, sur le green le premier qui joue à droit à 40 secondes de préparation. Les suivants bénéficient du temps d’installation et de jeu de tous les précédents.
Et puis l’observation du green commence pendant l’approche. C’est à 50 mètres que l’on en perçoit le mieux la pente générale.

Ce qui est contenu dans cet article n'est pas nouveau. En 1984 le colonel H.A. Templeton pilote d'essai de l'US Air Force faisait paraître un livre, "Vector Putting the Art and Science of Reading Greens"  qui présentait tous les concepts que vous allez retrouver. Diverses écoles de putting se sont inspirées de ces notions, les ont intégrées dans leurs méthodes, et pour être juste, les ont rendues plus maniables. Templeton était un précurseur. Il a inventé un logiciel de simulation de putt 3D pour les émissions de télévision en réseau en 1988. Aujourd'hui Templeton est oublié, je n'ai même pas pu retrouver ses prénoms exacts sur internet.

C’est parti, la balle est sur le green, nous sommes putter en main.

Au putting nous n’avons que 3 paramètres à prendre en compte :

  • la ligne de putt,
  • l’alignement de la face de club,
  • la vitesse de la balle.

Notre routine doit donc nous permettre :

  • de visualiser la ligne de putt,
  • d’aligner la face du putter pour que la balle adopte cette ligne,
  • d’évaluer la vitesse à donner à la balle pour qu’elle reste sur cette ligne et entre dans le trou.

Continuer la lecture de « 94 – Une routine de putting
pour déjouer les pentes »

93 – Chariots et voiturettes
dans les règles de golf

Temps de lecture : 6 minutes

Les chariots et voiturettes partagés, peuvent vite devenir de véritables casse-tête si par inadvertance ils sont impliqués dans la déviation ou l’arrêt d’une balle.

voiturettes et chariots de golf
Golf & Académie Longchamp-Sherbrooke (Québec)

Partons à la recherche de ces chariots et voiturettes dans les règles et les décisions des arbitres.

Dans les règles

Dans les règles ces véhicules sont considérés comme faisant partie de l’équipement du golfeur. La définition de l’équipement fait référence à ces engins quand ils sont partagés. Continuer la lecture de « 93 – Chariots et voiturettes
dans les règles de golf »

92 – Balle déviée ou arrêtée !
Que faire ?

Temps de lecture : 9 minutes

Les fausses règles qui hantent les parcours de golf se transmettent de génération en génération à la vitesse de l’éclair et ont la vie dure. Elles sont légion et en général elles arrangent bien les affaires de ceux qui en réclament l’application immédiate !

Au cours du repas qui suivait une compétition en stoke play notée en stableford une personne à ma table rapportait qu’elle s’était vue infligée deux points de pénalité par son marqueur car la balle de l’un de ses co-compétiteurs avait heurté son chariot.
Deux points ? Seulement ! Pourquoi pas quatre et une interdiction de jeu en plus ?
Revisitons les règles de la balle déviée ou arrêtée !

Retour sur quelques définitions

Tout ce qui concerne la rencontre entre une balle de golf jouée et « quelque chose » se trouve dans la règle 19.
Mais pour bien comprendre la portée de cette règle il convient d’avoir en tête deux notions essentielles :
– la notion de camp ;
– la notion d’élément extérieur. Continuer la lecture de « 92 – Balle déviée ou arrêtée !
Que faire ? »

91 – Limitez les dégâts sur le parcours

Temps de lecture : 4 minutes

Rater un coup de golf ça peut se rattraper ! Mais en rater deux à la suite  !  Voilà la spirale infernale enclenchée. Nous savons tous d’expérience où elle mène : au trou catastrophe.

Sous le titre français  Limitez les dégâts (Damage Control en VO) Dave Pelz nous propose une méthode pour sortir de toutes les situations critiques.

L’auteur part du constat que tout golfeur peut produire un ou plusieurs coups qui le mettent en situation difficile. Or il faut bien sortir de ces mauvais pas et de préférence, en évitant de plonger dans une situation pire, ou franchement catastrophique.
Pelz pose une exigence : bien sortir d’un mauvais pas c’est assurer un coup qui  place la balle dans une situation jouable normalement et plus loin qu’elle n’aurait été si le coup fautif avait été bon.
Ce qui signifie, jouer un coup aussi long que possible dans une direction précise, pour mettre la balle en sécurité en un endroit choisi.

Autour de cette exigence Dave Pelz propose une méthode pour sortir d’affaire à tous les coups.  Il reconnait cependant qu’il peut exister des situations où il faut mieux déclarer la balle injouable et prendre un point. Continuer la lecture de « 91 – Limitez les dégâts sur le parcours »

90 – Au golf Il y a des formations qui se perdent : la résistance au changement

Temps de lecture : 8 minutes

Après avoir pris un cours, ou mieux avoir suivi une formation sur plusieurs jours nous avons tous ressenti une difficulté à mettre en pratique ce qui nous a été enseigné. La plupart du temps notre jeu en souffre et semble se dégrader. Que se passe-t-il ?

Au bout de ce cheminement frustrant deux hypothèses de sortie :
– l’une par le haut, nous intégrons l’apprentissage ;
– l’autre par le bas, nous revenons à nos anciennes pratiques.

Le premier scénario fonctionne pour quelques personnes. Mais hélas le second est généralement le plus probable. La résistance au changement (1) que tout individu porte en lui a produit son effet !

Ce processus agit généralement inconsciemment. Essayons de le comprendre. Continuer la lecture de « 90 – Au golf Il y a des formations qui se perdent : la résistance au changement »

89 – Au golf, le bruit vous gêne ?
C’est normal

Temps de lecture : 5 minutes

Golfeuses et golfeurs n’aiment pas le bruit. À l’adresse, face à la balle le moindre chant d’oiseau, la moindre voix suffisent à briser la concentration d’une routine.
D’ailleurs l’étiquette nous recommande de ne faire aucun bruit, de ne pas parler, de ne pas nous déplacer, et de ne pas stationner à un endroit gênant pour celui qui s’apprête à exécuter son swing ou à putter.

Mais d’où viennent ces sortes de phobies souvent à l’origine d’échanges peu amènes sur les tees de départ ou les greens ? Continuer la lecture de « 89 – Au golf, le bruit vous gêne ?
C’est normal »

88 – Stratégie de jeu et mimétisme

Temps de lecture : 7 minutes

Je suis sûr que ça nous est arrivé à toutes et tous ? Au départ d’un trou, après avoir observé la configuration de l’environnement, nous saisissons notre bois 5. Sage décision !
Et nous constatons que nos camarades de jeu s’avancent driver en main. Sans plus réfléchir nous rangeons notre petit bois et sortons « l’arme fatale ».

stratégie
Il n’est pas toujours pertinent de sortir l’artillerie lourde ! La stratégie doit primer.

Bien au delà de l’anecdote nous faisons face à une question fondamentale : les décisions de nos voisins inspirent-elles les nôtres ? Une équipe de chercheurs de l’Institut du cerveau et de la moelle épinière (Hôpital Pitié-Salpétrière à Paris) a abordé la question avec cette interrogation : comment prenons-nous nos décisions dans la vie de tous les jours, s’agit-il d’une question de personnalité inscrite dans nos gènes ou d’un processus hérité de l’éducation et de nos interactions sociales ? Continuer la lecture de « 88 – Stratégie de jeu et mimétisme »

87 – Putting et vitesse des greens

Temps de lecture : 6 minutes

Au putting notre attention doit principalement se porter sur trois paramètres : la ligne de putt, l’alignement de la face de club, et la vitesse de la balle.
Nous avons abordé ces trois aspects dans l’article : « Le putting – Promenons-nous sur les greens« . Concentrons nous aujourd’hui sur le cas particulier de la vitesse.

Vitesse et vision

Les pilotes de Formule 1 surnomment le célèbre circuit allemand du Nürburgring, « l’Enfer vert ». En effet, quand ils sont lancés à pleine vitesse les forêts qui bordent la piste de part et d’autre se fondent en un épais rideau vert. À cause de la vitesse, le cerveau n’est plus capable de distinguer les arbres, il a dépassé sa limite de discrimination, il ne perçoit plus qu’un mur vert.

Quand nous sommes à l’arrêt dans notre voiture notre champ de vision est de 150°. À 40 km/h il n’est plus que de 100°, à 70 km/h de 75°, à 100 km/h de 45° et à 130 km/h de 30°. Imaginez à 300 à l’heure !

A 130 km/h seule la route reste dans le champ visuel du conducteur. © Guide-vue.fr

La balle et le trou

Puisque nous sommes en plein travail d’imagination, imaginons que notre balle de golf  « voit » le trou.
Comme pour nous dans notre voiture, plus elle ira vite et plus le trou deviendra étroit pour elle. Si elle parcourt 13,4 cm/s, soit un tour par seconde la largeur du trou n’est déjà plus que de 9 cm (le trou à un diamètre de 10,8 cm). Pour 3 tours/s soit 40 cm/s la largeur du trou n’est plus que de 6,4 cm. Pour 5 tours/s soit 67 cm/s le trou ne fait plus que 3,6 cm de large et pour  7 tours/s,  1,3 cm.
Comme la balle a un diamètre minimum de 4,26 cm, si elle arrive sur le trou avec une vitesse supérieure à 4 tours/s soit 53,6 cm/s, elle ne « voit » plus le trou et n’a aucune chance de tomber au fond. Elle file par dessus comme un train sur ses rails *.

Le moment de vérité. Tombera, tombera pas ?

Pour mettre toutes les chances de notre côté et voir tomber la balle dans la coupe, nous devons donc lui donner une vitesse initiale telle que la vitesse résiduelle au trou soit inférieure à 1 tour/s (13,4 cm/s). C’est notre seule chance pour qu’elle « voit » celui-ci dans sa pleine largeur !
Si la vitesse au trou est inférieure à 3 tours/s (40 cm/s) et si la balle est bien centrée, elle peut encore tomber. Si elle est décentrée c’est la virgule assurée. La vitesse optimale pour mettre toutes les chances de notre côté est inférieure à 2 tours/s (27 cm/s). A condition toujours que la balle se présente plein trou !

On peut envisager le problème autrement. La condition pour qu’une balle tombe est qu’elle soit plus qu’à moitié entrée avant de taper l’arrière du trou. Son centre de gravité doit être en dessous du bord. Si elle tape juste sur l’équateur elle peut encore tomber mais le saut par dessus ou la virgule guettent très fortement… L’idéal, car il existe, reste que la balle n’aille pas frapper l’arrière du trou, ce qui correspond bien à une vitesse inférieure à 2 tours/s.

Abordons la véritable explication car hors de notre imagination la balle ne « voit » pas le trou ! Par contre elle est soumise à une force implacable : la pesanteur. Si elle passe sur le trou avec une énergie de vitesse supérieure à la force de la pesanteur, elle n’a pas le temps de descendre suffisamment. Elle n’entre pas.
Si la balle traverse le diamètre entier du trou (10,8 cm) en moins de 33 centièmes de seconde elle ne tombe pas. Que dire si elle n’est pas plein trou, un peu à droite ou à gauche ? Et bien nous avons une magnifique virgule alors que la balle semblait prête à tomber…
Voilà pourquoi, compte tenu de la configuration du green et de l’emplacement de notre balle, celle-ci ne peut entrer que par un endroit bien précis du trou qu’il convient de déterminer puis d’aborder dans la ligne, à la bonne vitesse.

La vitesse des greens

Nous voyons à quel point il est important d’avoir une idée de la vitesse des greens avant de nous engager sur un parcours.
Nous parlons couramment de greens lents ou rapides à partir de la sensation que nous retirons de notre expérience : la balle roule loin ou non. Cette sensation est empirique. Or il, existe un outil, le stimpmeter ou greenvite, qui permet de donner une mesure bien réelle.

Pour mesurer les vitesse des greens les jardiniers disposent d’un outil, le stimpmeter ou greenvite. L’instrument est constitué d’une réglette longue de 91 cm et large de 4,4 cm. « La règle présente une cannelure en V avec un angle intérieur de 145° afin d’y faire rouler une balle. Une encoche placée à 76 cm de l’extrémité permet de retenir la balle tant que l’inclinaison de la règle est inférieure à 20°. Lorsque la règle est soulevée progressivement et lentement par son extrémité côté encoche, l’autre extrémité reposant sur le green, la balle quitte l’encoche dès que l’inclinaison atteint 20° et roule alors le long de la règle puis sur le green où elle parcourt une certaine distance. » (Golfpédia : l’encyclopédie du golf) La distance de roule de la balle est mesurée depuis son point de contact avec le gazon jusqu’à son point d’arrêt.

Pour effectuer ces mesures le jardinier se place sur un green, à un endroit plat, aux abords d’un trou. Il fait six lâchers de balles : trois dans un sens ; trois dans le sens exactement inverse. Il obtient donc 6 mesures dont il fait la moyenne. On considère qu’un green est d’une vitesse normale si la moyenne des mesures est autour de 2 m. Elle devient lente dès 1,5 m et rapide au-dessus de 2,6 m. Les parcours préparés pour des compétitions professionnelles peuvent avoir des greens qui dépassent 3 m mesurés au stimpmeter.

Peu de golfs affichent sur leur putting green sa vitesse mesurée. Vouloir la vitesse mesurée de tous les greens tient du rêve insensé !
De plus cette donnée varie tout au long d’une journée : la rosée s’évapore, le gazon pousse, le soleil assèche les greens exposées à ses rayons…

De la théorie à la pratique

Et puis soyons honnêtes, connaître cette mesure ne va pas nous permettre de calibrer notre putting comme par miracle. Elle ne sera qu’une indication : en dessous de 2 m le green est lent, en dessus il est rapide. Ce n’est guère suffisant !

Il faut donc tâter du putting green avant de se lancer sur le parcours… Il faudrait même y passer un peu de temps pour que notre cerveau s’approprie la vitesse de roulage. Espérons que cette vitesse soit à peu près semblable à celle des greens.
Sur le green, une fois le point d’entrée et la ligne de putt déterminés, putter en main, face à la balle, c’est une évidence nous n’avons que notre cerveau pour déterminer l’intensité de la frappe qui conduira la balle face au trou à la bonne vitesse. Et les données du problème restent au nombre de  deux :
– la pente : montée ou descente,
– la vitesse du green.
Ne parlons pas des irrégularités du gazon qui risquent dévier la balle d’autant plus que sa vitesse est faible aux abords du trou !
Il faut pourtant intégrer tous ces paramètres. Pas si facile le putting !
Pour évaluer la vitesse et donner à notre frappe la bonne intensité nous ne pouvons compter sur aucune aide technologique. Il ne reste plus que la pratique, donc un réel entrainement.

Au final, comme toujours : l’entraînement

Geoff Mangum

Encore faut-il s’entraîner correctement. Il existe de nombreuses méthodes d’apprentissage du putting. Toutes s’inspirent plus ou moins, et souvent sans l’avouer, des travaux de Geoff Mangum, un coach américain qui a consacré et consacre toujours sa vie au putting. Geoff Mangum a créé la méthode Putting Zone.
Il enseigne encore, vient de temps en temps en France où il intervient dans le cadre de la PuttingZone Academy France. Laurent  Jockschies qui anime cette Academy s’emploie à répandre la méthode de Mangum en France. Laurent a déjà formé les premiers bataillons de pros certifiés qui officient maintenant dans nos clubs. Il devient donc relativement facile de trouver une formation Putting Zone.

De nombreuses vidéos de Goeff Mangum sont visibles sur YouTube (toutes en anglais). Il y a aussi quantité de vidéos en français de Laurent Jockschies.

Il existe d’autres méthodes, d’autres approches. Les académies Leadbetter propose « One Putt ». Toutes les écoles Golf Academy proposent des stages de putting. Triangulaid a sa méthode. Joël Bernard édite une formation vidéo. Je n’ai pas pratiqué ces méthodes, je ne peux donc en parler.
Je vous ai mis les 4 vidéos du cours d’Edouard Montaz dans l’article consacré à la lecture des pentes.

Une recherche sur internet avec « stage putting » donne une idée de la richesse de l’offre !  Il faut simplement  choisir une méthode et s’y tenir, sous peine de confusion.

Faites régler votre putter par un clubmaker compétent. C’est le meilleur investissement matériel que vous pouvez faire.
Beaucoup plus « rentable » en gain de points que l’achat d’un nouveau driver…

 

*Les chiffres de ce paragraphe sont empruntés à Golf et Science écrit sous la direction de Mark Smith paru aux éditions Vigot.

86 – Vos greens sont-ils en bon état ?

Temps de lecture : 7 minutes

Sur un parcours de golf les greens constituent les surfaces les plus techniques et les plus fragiles. Pour 18 trous la surface totale des greens est en moyenne de 1 hectare (10 000 m2).

Anatomie d’un green

Fond de forme du green du 18 lors de la construction du Golf du Domaine Impérial (Au bord du Lac Léman entre Genève et Lausanne). Le géotextile qui est déroulé doit se trouver au fond du fond de forme, au dessous des dispositifs de drainage. © J-M Hérissé

Le gazon que nous foulons sur un green pousse à la surface d’un mille-feuilles de 40 à 50 cm d’épaisseur.
Cet ensemble prend appui sur un fond de forme (voir la photo ci-dessus). L’inclinaison générale du green, ses pentes, ses plateaux sont définies dès les travaux de terrassement du fond de forme.
Soigneusement compacté et stabilisé le fond de forme est ensuite préparé pour accueillir les dispositifs de drainage installés dans des tranchées de 15 à 20 cm de profondeur. Au dessus des drains, les tranchées sont rebouchées avec des graviers.
Il est parfois nécessaire de mettre en place une couche géotextile qui est déroulée à même le sol et au fond des tranchées de drainage. Continuer la lecture de « 86 – Vos greens sont-ils en bon état ? »

85 – Où jouer de longs coups de golf ?

Temps de lecture : 5 minutes

Après le Championnat du Mexique qui a vu Dustin Johnson accrocher une nouvelle victoire à son palmarès, un de mes partenaires de jeu me demandait pourquoi les balles allaient aussi loin en altitude ? Je risquais une argumentation reposant entièrement sur la densité de l’air. Mais en fait je n’avais que la moitié de la réponse.

Cette année l’épreuve mexicaine se déroulait sur le Golf de Chapultepec (en langue Nahuati littéralement « sur la Montagne des sauterelles ») situé à la périphérie sud-ouest de Mexico, à près de 2 400 mètres d’altitude.

Où jouer de longs coups de golf ?
Le golf de Chapultepec près de Mexico à 2 400 mètres d’altitude.

Ce n’est pas le plus haut parcours du monde qui se situe à la Paz au Pérou à 4 369 mètres au dessus du niveau de la mer ! Continuer la lecture de « 85 – Où jouer de longs coups de golf ? »

84 – Télémètre ou montre GPS pour gagner des points sur le parcours ?

Temps de lecture : 4 minutes

Télémètre ou montre GPS pour gagner des points sur le parcours ?
Le golf est un sport d’amateurs et de passionnés. Plus de 400 000 licenciés se croisent chaque année sur les fairways en France. Parmi eux, de nombreux joueurs calculent leur index: l’indice de référence du niveau de performance d’un golfeur. S’il existe de nombreuses façons de faire baisser l’index en se concentrant principalement sur son swing et sa technique de putting, de nombreux golfeurs ont décidé d’opter ces dernières années pour un télémètre laser ou une montre connectée. L’objectif? Gommer ces quelques coups sur le parcours, perdus à cause d’un manque de précision, ou d’un mauvais choix de club.

Continuer la lecture de « 84 – Télémètre ou montre GPS pour gagner des points sur le parcours ? »

83 – Révision fondamentale des règles de golf en 2019

Temps de lecture : 2 minutes

Nous en parlons depuis des mois ! Nous en savons maintenant un peu plus sur les changements qui devraient intervenir en 2019 quand seront éditées les prochaines règles de golf.
Le Royal & Ancient et L’USGA travaillent ensemble depuis 5 ans à ce qui pourrait bien être la plus importante simplification des règles de golf jamais proposée.

Lisez d’abord les propositions de modifications

Comme il n’est pas très utile de plagier ou de recopier l’article de Christian Gresse, président du Comité des Règles de la FFGolf, il est préférable d’en prendre directement connaissance sur le site de la Fédération.

C’est par ici !

Un geste appelé à disparaître en 2019

Continuer la lecture de « 83 – Révision fondamentale des règles de golf en 2019 »