Rythme et tempo au golf

Temps de lecture : 5 minutes
Vues : 18

Rythme et tempo. Que voilà deux termes non évidents quand ils s’appliquent au swing de golf. D’autant qu’ils ne recoupent pas précisément les mêmes concepts qu’en musique.

En musique le tempo est l’allure d’exécution d’une oeuvre musicale. Un tempo lent (largo) de 40 battements par minute signifie pour l’exécutant qu’il doit jouer 40 croches chaque minute. Un tempo rapide (Allegro) de 188, veut l’exécution de 188 croches dans la même minute.

Au golf le tempo de notre swing quantifie par le chronométrage la durée du swing. Nous avons un tempo court ou lent. Et nous n’y pouvons pas grand chose. C’est inscrit dans notre personnalité.

Vouloir le modifier tient un peu de la gageure même s’il est possible de jouer sur quelques fractions de seconde. Deux choses peuvent nous donner une indication sur notre tempo naturel : notre débit de paroles et la vitesse à laquelle nous marchons.

rythme et tempo

Un métronome délivre un signal à une fréquence fixe, régulière et réglable. On règle un métronome en choisissant un nombre de battements par minute (BPM).
Les golfeurs professionnels swinguent sur un tempo de 60 à 75 BPM.
Certains amateurs ont eux un tempo qui évolue autour de 40 BPM et parfois moins.

Notre tempo nous étant propre il est très difficile de le changer. Cependant si vous pensez que votre tempo de swing se situe aux alentours de 40 BPM, il faut s’interroger.

Un tempo lent peut avoir des raisons objectives comme l’âge qui diminue la vélocité ou encore les aléas de la vie… Dans ce cas tout va bien. Ce tempo correspond à une réalité. Il faut juste adapter ses objectifs de jeu. Et continuer à pratiquer le golf !

Cependant il peut y avoir d’autres raisons plus subjectives comme le manque de confiance en soi, ou croire que prendre son temps permettrait de réfléchir, ou encore la trop grande écoute de ceux qui prétendent qu’il faut jouer lentement…

Il va falloir redonner à votre golf le tempo qui vous est propre et qui, vraisemblablement se situe entre 50 et 70 BPM. En effet, un tempo trop lent est source de mouvements parasites du corps, du club, et donc de la tête du club. Autant de bonnes raisons de générer un mauvais coup de golf !
C’EST TOUT L’ÉQUILIBRE DYNAMIQUE DU GOLFEUR QUI EST MENACÉ PAR UN TEMPO TROP LENT. Le swing manque de tonus et part dans tous les sens. Il va falloir travailler votre swing ratio pour améliorer votre vitesse d’exécution.

Le rythme, en musique, détermine la durée des notes les unes par rapport aux autres. Dans la musique occidentale cette notion fait appel à la figure des notes : la carrée vaut deux rondes. La ronde vaut deux blanches. La blanche vaut deux noires. La noire qui vaut deux croches…

Au golf le rythme fait référence au placement des diverses accélérations et décélérations qui se produisent dans la séquence complète du swing. Être dans un mauvais rythme revient à mal placer ses accélérations et ralentissements dans son swing. Tout le monde comprend qu’il n’est pas logique de décélérer pendant la descente avant de contacter la balle.

Dans l’idéal il y a deux accélérations dans un swing :
– une au backswing qui permet de tendre au maximum le ressort des gros muscles du buste et d’accumuler une quantité optimale d’énergie potentielle.
– une au downswing qui doit se prolonger au delà de la rencontre avec la balle proprement dite.

La première est une accélération douce et mesurée, qui se termine par une pause. La seconde doit être plus véloce. D’elle dépend la vitesse de la tête de club, donc la vitesse de départ de la balle et au final la distance parcourue par cette dernière.

rythme et tempo

Au downswing, dans l’idéal la phase d’accélération doit se poursuivre au delà de la frappe. Quand nos pros nous disent de « traverser la balle », ils emploient une image pour nous demander de faire comme si elle n’existait pas. Ils ne veulent surtout pas que notre mouvement s’arrête à la balle. Nous devons la « traverser » comme si elle était virtuelle.

Tout ça pour bien nous faire comprendre que la vitesse maximale de notre tête de club ne doit être atteinte qu’après la balle, tout de suite dans l’arc de remontée vers le finish.

Complexe tout ça ? Alors il faut simplifier. Seule la simplicité peut-être répétitive donc efficace.

La bonne séquence peut se résumer ainsi :
– début de la montée (backswing) en souplesse, on accélère, le poids du club prend le dessus et assure tout seul l’armement des poignets.
– il y a bien sur un temps d’arrêt avant d’attaquer la descente.
– Accélération pendant toute la descente (downswing) et pendant toute la traversée. On utilise le poids du club donc la gravité.
– L’élan nous entraîne, décélération jusqu’au finish face à l’objectif.

La séquence est dépouillée au maximum : accélération – stop – accélération – décélération – stop

Notre cerveau qui sait apprendre et répéter, devrait bien être capable de gérer cet enchaînement ? D’autant plus qu’il sait contrôler la plupart de nos gestes.

rythme et tempo
En 8 images la séquence complète du swing de Tiger Woods : adresse ; takeaway ; montée ; stop ; reprise d’appui ; descente ; contact ; finish

Le rapport de swing ou swing ratio est le rapport entre le temps mis pour effectuer le backswing et le temps mis au downswing pour aller jusqu’à l’impact.

Les professionnels ont un swing ratio de 3:1 au driver et de 2:1 avec les wedges. C’est à dire qu’ils mettent trois ou deux fois plus de temps pour monter au sommet du backswing qu’ils n’en mettent pour ensuite descendre contacter la balle.

C’est un précieux indicateur pour assurer à la fois un bon tempo et un bon rythme. Le swing ratio donne une juste appréhension de l’accélération à acquérir dans le downswing jusqu’à l’impact et donc de la vitesse à donner à son tempo.

Notons que dans cette phase, notre meilleure alliée n’est rien moins que l’accélération de la pesanteur ! (9,80665 mètres par seconde carrée).

Plusieurs application pour smartphones permettent de travailler son swing ratio. Pour iPhone « Swing Tempo Trainer » est pratique. Pour Android il faut se tourner vers « Mobil Golf Tempo« .


Mots clés