89 – Au golf, le bruit vous gêne ?
C’est normal

Golfeuses et golfeurs n’aiment pas le bruit. À l’adresse, face à la balle le moindre chant d’oiseau, la moindre voix suffisent à briser la concentration d’une routine.
D’ailleurs l’étiquette nous recommande de ne faire aucun bruit, de ne pas parler, de ne pas nous déplacer, et de ne pas stationner à un endroit gênant pour celui qui s’apprête à exécuter son swing ou à putter.

Mais d’où viennent ces sortes de phobies souvent à l’origine d’échanges peu amènes sur les tees de départ ou les greens ?

Notre cerveau veille sur nous

L’une des toutes premières fonctions de notre cerveau est de veiller à la bonne conservation de notre intégrité physique. Il nous protège du danger. Parfois d’une manière consciente, par exemple en nous retenant de sauter dans le vide pour un saut à l’élastique, le plus souvent de manière inconsciente. C’est ce mode hors conscience qui  nous intéresse lorsqu’un bruit nous dérange quand nous jouons au golf.

Il faut abandonner la vision qui a longtemps primé d’un cerveau qui serait constitué de trois cerveaux, formés successivement au cours de l’évolution, et empilés les uns sur les autres. Cette théorie dite du cerveau triunique développée dans les années 1950-1960 par le neurobiologiste américain Paul MacLean est aujourd’hui obsolète. On ne peut donc plus parler  de cerveau reptilien, de cerveau limbique et de néocortex, et d’associer à chacun des fonctions précises.

Un cerveau et des systèmes composés

Par exemple il est impropre de dire que notre cerveau reptilien, considéré dans la théorie du cerveau triunique comme le plus ancien sur l’échelle de l’évolution, serait chargé de veiller sur nous depuis la nuit des temps.
Aujourd’hui les neurosciences n’associent plus une région du cerveau à une fonction.  Il n’existe pas de centre unique des émotions, de la raison, de la motricité, de la vision ou du langage. Il existe des « systèmes composés » de plusieurs petites unités cérébrales reliées. Ces unités, qui peuvent être situées dans les deux hémisphères cérébraux à des endroits très divers, travaillent ensemble, chacune fournissant sa contribution au système.

Le circuit de la peur nous protège

Notre horreur du bruit ou de tout ce qui peut nous déranger quand nous sommes concentrés sur notre jeu de golf vient du fait que ces éléments mettent en fonctionnement l’un de ces systèmes : le circuit de la peur.
La peur est une émotion liée à la notion de danger. Nos sens déclenchent cette émotion. Elle est indispensable à notre survie.

Ll’homme dispose de bien plus de cinq sens. À notre vue, notre ouïe, notre odorat, notre goût et notre toucher il faut ajouter la thermoception ou perception des températures, la nociception qui nous fait percevoir la douleur, l’équilibroception ou sens de l’équilibre et enfin la proprioception ou perception de soi qui nous permet de localiser spontanément, sans réflexion nos membres et organes.  

Le circuit de la peur. © Pierre Massot : Mieux vivre ses émotions

Nous pouvons décrire simplement le circuit de la peur.
Au point de départ, les informations venues des sens : bruits, images, impression de chaleur… Au point d’arrivée l’expression de la peur : accélération du cœur, pâleur, fuite…
Entre les deux :
– du côté des sens le thalamus,
– du côté de l’expression de la peur l’amygdale.
Le thalamus est une structure double située dans chaque hémisphère du cerveau. Il sert de relai, entre autres aux informations sensorielles.
L’amygdale  est une petite structure double en forme d’amende située dans le lobe temporal de part et d’autre de l’hippocampe. En aval elle est reliée directement aux régions du cerveau assurant l’expression de la peur.
(Emplacement des organes)

Les circuits de la peur : circuit court et circuit long. © Le cerveau à tous les niveaux.

Il existe un circuit de la peur court et un circuit long. Dans le premier cas les stimulus passent directement du thalamus à l’amygdale qui déclenche brutalement l’expression de la peur.
Dans le second cas, le circuit de la peur dit long,  permet au cortex de s’interposer entre le thalamus et l’amygdale. Le cortex retarde la réaction amygdalienne dans la mesure où il a besoin de temps pour analyser les informations sensorielles. Dans le circuit long une forme de réflexion fine entre en jeu et tempère les réactions.
Dans le circuit long, l’hippocampe peut intervenir pour mettre la mémoire dans la boucle. Il apporte des contenus mémorisés qui nous renseignent sur le contexte (un exemple souvent citer : différencier un bâton d’un serpent). Il peut aussi mettre en mémoire certaines émotions, certaines peurs susceptibles de devenir sources d’anxiété.
Les yips qui ruinent le putting de ceux qui en sont atteint pourraient avoir pour origine une anxiété liée à une peur(1).

Le bruit nous dérange ? Nous sommes simplement humains !

Et voilà pourquoi au golf certains stimulus captés par nos sens nous dérangent : un éternuement, un cri, le déclic d’un appareil photo… Ces sensations pourraient être liées à un danger et empruntent le circuit court de la peur. Dans les cas les plus simples elles détournent notre attention du golf : impossible alors d’exécuter une routine jusqu’au bout.
Dans le pire des cas (un coup de tonnerre violent et inattendu par exemple) elles provoquent un stress avec libération d’adrénaline afin de nous aider à faire face au danger du mieux possible.
D’autres stimulus nous gênent moins comme le bruit d’un avion ou d’une tondeuse. Elles permettent au cortex de se glisser dans la boucle et d’identifier rapidement et inconsciemment l’origine du bruit qui n’a rien d’inquiétant. La réaction est généralement moins violente dans la mesure où elle ne déclenche pas l’instinct de survie.

Si le bruit nous dérange au golf, si le moindre déplacement d’un partenaire nous perturbe, pas de panique, nous sommes bêtement humains ! Notre circuit de la peur s’est mis en route… Rien de plus normal !
Bien sûr, nous n’avons pas tous la même sensibilité à la peur, mais ne pas avoir peur est une pathologie !

(1) La littérature golfique française accorde peu de place aux yips, ces mouvements parasites involontaires qui terrassent jusqu’aux meilleurs au putting.
Voici un article en anglais pour ceux qui s’intéresseraient au problème.

88 – Stratégie de jeu et mimétisme

Je suis sûr que ça nous est arrivé à toutes et tous ? Au départ d’un trou, après avoir observé la configuration de l’environnement, nous saisissons notre bois 5. Sage décision !
Et nous constatons que nos camarades de jeu s’avancent driver en main. Sans plus réfléchir nous rangeons notre petit bois et sortons « l’arme fatale ».

stratégie
Il n’est pas toujours pertinent de sortir l’artillerie lourde ! La stratégie doit primer.

Bien au delà de l’anecdote nous faisons face à une question fondamentale : les décisions de nos voisins inspirent-elles les nôtres ? Une équipe de chercheurs de l’Institut du cerveau et de la moelle épinière (Hôpital Pitié-Salpétrière à Paris) a abordé la question avec cette interrogation : comment prenons-nous nos décisions dans la vie de tous les jours, s’agit-il d’une question de personnalité inscrite dans nos gènes ou d’un processus hérité de l’éducation et de nos interactions sociales ? Continuer la lecture de « 88 – Stratégie de jeu et mimétisme »

82 – Putting : le trou semble bien petit ? Agrandissons-le !

Que ce trou, au milieu du green est petit ! Il semble même plus petit qu’hier ! Semble est bien le mot car en fait d’un green à l’autre, d’un golf à l’autre d’un jour à l’autre, son diamètre est invariable. Mais pourrait-on le voir plus gros ?

Historiquement les premiers trous de golf un tant soit peu standardisés furent creusés en utilisant un tuyau de drainage ordinaire facile à se procurer.
En 1829 c’est au Royal Musselburg Golf Club en Écosse que fut mise au point la première carotteuse pour forer les trous sur les greens. Comme elle creusait des trous de 4,25 pouces de diamètre (108 mm), la mesure fut officialisée !

Pourtant, ce trou est toujours l’objet de controverses. Il existe même des projets visant à augmenter son diamètre. Ce qui faciliterait le jeu et aiderait à retenir les licenciés qui tous les ans fuient ce sport pour cause de non-réussite. !
Laissons ces discussions et intéressons nous au diamètre du trou sous un autre angle. Continuer la lecture de « 82 – Putting : le trou semble bien petit ? Agrandissons-le ! »

81 – Relâchement et lâcher prise

Le relâchement est la clé de voûte de notre sport. Or, il ne suffit pas d’invoquer le relâchement pour l’obtenir et souvent nos pros échouent à nous faire acquérir un jeu sans tension physique.

Pourtant nos professeurs ne manquent pas de trucs et astuces pour tenter de nous pousser au relâchement. Tel nous propose d’inclure un baillement dans notre routine, tel autre nous conseille de nous crisper sur notre grip à l’adresse puis de tout relâcher avant d’envoyer le take away…
Et pourtant beaucoup d’entre nous n’atteignent pas leur but et gardent dans leurs mouvements une part plus ou moins importante de crispation.

Alors faut-il comme les shadoks dire « S’il n’y a pas de solution c’est qu’il n’y a pas de problème » ? Non il y a bien un problème qui entraîne des effets de balle non désirés, tel le slice, et un manque de distance et de précision.

relâchement lâcher prise Continuer la lecture de « 81 – Relâchement et lâcher prise »

71 – Stress, golf, oméga 3. Lutter contre le stress

Stress, golf, oméga 3 – Médaillée d’argent au lancer du disque aux Jeux de Rio, Mélina Robert-Michon déclarait dans une interview avoir passé une piètre année 2015, à cause d’une « mauvaise gestion du stress ».  Et effectivement, on ne le dira jamais assez, le stress reste le plus grand pourvoyeur de mauvaises performances sportives, mais aussi le plus grand empêcheur de vivre sa vie. Il existe des solutions pour le combattre et le vaincre. Plusieurs ont été abordées sur ce blog. En voici une autre tout droit sortie d’une recherche récente.

Réussir un putt de quelques centimètres semble la chose la plus aisée du monde ! Et pourtant combien en avons nous manqués ?
Ne cherchons pas, l’adresse du joueur est rarement en cause. Le coupable en chef est le stress.

stress, golf, oméga 3
Facile ! Et pourtant combien en avons-nous manqués ?

L’article « Le stress, le practice et le parcours » tentait de montrer comment le stress se développait dans notre cerveau. Aujourd’hui je voudrais attirer l’attention sur une découverte récente publiée le 22 juillet 2016 par des chercheurs de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) et de l’Institut national de la recherche agronomique (Inra). Cette recherche nous intéresse dans la mesure où elle débouche sur une solution qui pourrait bien nous débarrasser d’une grande partie de notre stress. Continuer la lecture de « 71 – Stress, golf, oméga 3. Lutter contre le stress »