111 – Dropper, tout un art

Temps de lecture estimé 6 minutes

Surtout n’imaginons pas qu’il suffit de laisser la balle tomber verticalement sur le sol pour se dropper correctement. En fait dropper est un geste très technique qui demande un certain nombre de précautions et une bonne connaissance des règles.

Dropper de la bonne hauteur

Nous le savons tous maintenant, nous devons dropper à hauteur de genoux. Mais pas n’importe comment !

dropper une balle de golf

Drop correct. La joueuse est debout. La balle est droppée à hauteur de genoux.

dropper une balle de golf

Drop incorrect. Le joueur est accroupi. Ses genoux sont plus bas que s’il était debout.

Le dessin ci-dessous emprunté à « L’essentiel des règles de golf » résume les possibilités. Les deux vignettes de gauche présentent deux positions correctes, les deux vignettes de droite, deux positions incorrectes.

dropper une balle de golf

Trois conditions à un bon drop

1 / Le joueur doit dropper sa balle lui-même.
2 / La balle doit tomber vers le bas (verticalement), sans effet susceptible de la conduire vers telle ou telle direction. Dans sa chute elle ne doit toucher ni le corps du joueur ni son équipement. Peu importe si après avoir touché le sol elle heurte quoi que ce soit qui la dévie.
3 / La balle doit être droppée dans la zone de dégagement correspondant à la situation qui nécessite le dégagement, donc en accord avec la Règle.

Tout non respect d’une de ces conditions entraine la nullité du drop et la nécessité de recommencer. Il n’y a pas de limite dans le nombre de recommencements… mais il peut y avoir des pénalités : voir plus bas « À savoir »

Cependant il n’est pas suffisant de dropper sa balle correctement de la bonne hauteur, encore faut-il savoir où la faire tomber et pour cela bien déterminer la zone de dégagement.

La zone de dégagement

La zone de dégagement est la surface dans laquelle un joueur doit dropper une balle en se dégageant, selon une Règle, d’une situation qui l’empêche de jouer.

Chaque Règle de dégagement demande la détermination d’une zone de dégagement spécifique. Par exemple la façon de procéder n’est pas la même pour se dégager d’une zone à pénalité ou d’une zone en condition anormale.

dropper une balle de golf
Exemple de zone de dégagement pour condition anormale du terrain sur la zone générale.
La zone de dégagement est un demi-cercle dont le centre est le point de référence.
Le dégagement étant gratuit le rayon de la zone de dégagement est limité à la longueur d’un club. © ffgolf

Trois facteurs sont à prendre en compte pour déterminer une zone de dégagement :

1 / Le point de référence. C’est le point à partir duquel la dimension de la zone de dégagement est mesurée.
Pour éviter toute discussion, il est nécessaire de le marquer à l’aide d’un tee par exemple.

2 / La dimension de la zone de dégagement. Le point de référence étant pris pour centre, la zone de dégagement est une portion de cercle d’un rayon de une ou deux longueurs de club autour de ce point.

3 / Les limites à respecter.

  • Selon la Règle, la zone de dégagement ne doit être que dans certaines parties du parcours bien définies. Par exemple un dégagement dans un bunker doit se faire dans le bunker lui même (sauf dans certains cas où il est possible de se dropper à l’extérieur du bunker).
  • La zone de dégagement ne doit par être plus près du trou que le point de référence, mais elle doit être à l’extérieur de la zone de pénalité ou du bunker d’où le dégagement est pris.
  • La zone de dégagement se situe à un endroit où il n’y a plus d’interférence (telle que définie dans la Règle particulière) de la condition pour laquelle le dégagement est pris.

La notion d’interférence est délicate au golf. Le mot se retrouve plusieurs dizaines de fois dans les règles 2019. En gros une interférence est une gène physique au jeu normal.
Certaines interférences offrent la possibilité de se dégager gratuitement :
– les détritus
– les obstruction amovibles
– Les conditions anormales du parcours, à savoir les trous d’animaux, les terrains en réparation, les obstructions inamovibles et l’eau temporaire.
Mais il n’y a pas de dégagement gratuit des éléments de limites ou des éléments partie intégrante (comme les arbres) qui interférent avec le jeu.
L’interférence pour mauvais green est l’exemple même qui demande que la zone de dégagement n’empiète absolument pas sur le mauvais green. Un mauvais green est tout green qui n’est pas celui du trou en train d’être joué.
Autre exemple, la zone de dégagement ne peut interférer avec une zone de jeu interdit.

En utilisant les longueurs de club pour déterminer la taille d’une zone de dégagement, le joueur peut mesurer directement à travers un fossé, un trou ou un élément similaire, et directement à travers un objet (comme un arbre, une clôture, un mur, un tunnel, un drain ou une tête d’arroseur) mais il n’est pas autorisé à mesurer à travers un sol qui est naturellement en pente montante ou descendante.

Dropper dans la zone de dégagement

La finalité du drop est de faire impérativement reposer la balle dans la zone de dégagement.

La balle est considérée droppée correctement si elle satisfait aux trois conditions énoncées plus haut. Mais il peut arriver qu’après avoir touché le sol dans la zone de dégagement elle roule à l’extérieur de celle-ci :
– Si à l’issu du premier drop elle roule à l’extérieur de la zone de dégagement, il faut redropper sans pénalité.
– Si à l’issu du second drop elle roule à nouveau hors de la zone de dégagement, il faut la placer, toujours sans pénalité, à l’endroit où elle a toucher le sol lors du deuxième drop.

Le cas particulier de la dropping zone

Une dropping zone ou drop-zone est une forme particulière de zone de dégagement qui peut être mise en place par le Comité. Pour se dégager dans une dropping zone, le joueur doit dropper la balle à l’intérieur de la dropping zone et la balle doit venir y reposer.

dropper une balle de golf
Le joueur qui a du voir sa balle tomber dans la zone à pénalité (obstacle d’eau) swingue depuis la dropping zone

Dans l’idéal des dropping zones devraient être envisagées lorsqu’il peut y avoir des problèmes pratiques à exiger des joueurs d’utiliser les options de dégagement normalement prévues selon une Règle.

Habituellement les dropping zones sont là pour donner au joueur une option de dégagement supplémentaire. Mais le Comité peut exiger l’utilisation d’une dropping zone comme seule option de dégagement du joueur selon une Règle, autre que coup et distance.
Lorsque le Comité rend obligatoire l’utilisation d’une dropping zone, celle-ci remplace toute autre option de dégagement prévue par la Règle applicable et ceci devrait être clairement indiqué aux joueurs.

À savoir

• Chaque fois que nous droppons nous pouvons changer de balle. Les Règles nous y autorisent

• Si un joueur droppe sa balle de manière incorrecte et ne souhaite pas recommencer.
– Si sa balle repose dans la zone de dégagement et qu’il la joue il encourt une pénalité de un coup.
– Si la balle est jouée depuis l’extérieur de la zone de dégagement le joueur encourt une pénalité générale (deux coups). La balle est considérée jouée depuis un mauvais endroit.

• Si après un drop correct une balle n’a aucune chance de s’immobiliser dans la zone de dégagement (terrain en pente prononcée) elle peut être volontairement arrêtée dans ou hors la zone de dégagement. Il n’y a pas de pénalité. La balle est considérée s’être arrêté en dehors de la zone de dégagement. Le drop compte comme étant le premier. Un second doit être tenté comme prévu par la règle. Ensuite la balle sera placée si nécessaire.

• Si après avoir été droppée correctement la balle a été délibérément déviée ou arrêtée par n’importe quel joueur ou son cadet, le joueur encourt la pénalité générale de deux coups.