37 – Le système Stableford

Temps de lecture estimé 4 minutes

Mais oui,  monsieur Stableford a bien existé. Frank Barney Gorton Stableford pour être précis. Il était médecin colonel de l’armée britannique à la retraité quand il a mis au point le fameux système de notation qui porte son nom.

Frank Stableford et sa notation

Grand, sec, peu aimable, le docteur Frank Stableford n’en était pas moins un bon golfeur. En 1907 son handicap était de 1 (en Grande Bretagne on parlait et on parle toujours de handicap d’un joueur).

Stableford
Frank Stableford (© Wallasey Golf Club)

Il fut membre de plusieurs golfs des environs de Liverpool (Grande-Bretagne) mais c’est au Wallasey Golf Club qu’il semble avoir passer le plus de temps. Il y fut même capitaine de jeu.
Lors de compétitions dont il était organisateur, il fut frappé de voir tant de joueurs déchirer rageusement leur carte après quelques trous. Il en déduisit logiquement que la méthode de comptage utilisée à l’époque (contre le PAR) devait finalement être bien frustrante. Il décida donc d’imaginer une autre façon de compter qui soit plus équilibrée, moins pénalisante, plus motivante et qui permettrait à chacun d’espérer gagner…
Et c’est ainsi que naquit, après bien des années et de nombreuses vicissitudes la notation Stableford. Elle fait largement appel aux coups rendus ou coups reçus dont la philosophie et le calcul ont été expliqués dans un précédent article. La première compétition décomptée en points Stableford fut jouée le 16 mai 1932 à Wallasey. Depuis 1969 sur ce golf se dispute chaque année « The Frank Stableford Open Amateur Memorial Trophy ». Mais la popularité est venue quand le système a traversé l’Atlantique en 1976 pour surgir sur le PGA !

Un décompte personnalisé

Le système repose entièrement sur le concept des coups rendus. Il tient donc compte des aptitudes de chaque golfeur et des difficultés du parcours sur lequel il évolue.
Un parcours est constitué de 9 ou 18 trous de PAR, 3, 4 ou 5. Le PAR indique le nombre idéal de coups qu’un golfeur d’index 0 (joueur scratch) joue sur ces trous.
Sur chaque parcours les trous sont classés de 1 à 18 selon leur difficulté étalonnée par l’Association de Golf Européenne (AGE) : 1 pour le plus difficile, 18 pour le plus facile. Ce classement est porté sur les cartes de score et sur les panneaux d’information (quand il y en a) près des départs. On parle encore du handicap du trou mais il peut figurer sur une ligne notée « coups reçus » ou « hcp ».

Stableford
Carte de score du Golf de Cély en Bière (77)

Les coups rendus,  auxquels a droit un joueur, sont répartis sur les trous dans l’ordre de leur handicap. Par exemple un joueur bénéficiant de 54 coups rendus en récolte trois sur chaque trou. Un joueur qui n’en dispose que de 20 en aura 1 sur chaque trou et 1 de plus sur les trous de handicap 1 et 2. Un joueur qui a 12 coups rendus n’en aura que 1 sur les trous de handicap 1 à 12. Facile !
Ainsi notre débutant avec ses 54 coups rendus se retrouve comme s’il avait à jouer des « PAR » 6 (3+3), 7 (4+3) ou 8 (5+3).
Et s’il joue en 6 un PAR 3 pour un joueur scratch, il se voit gratifier de 2 points Stableford, tout comme un joueur qui n’a pas de coups rendus sur ce trou et qui joue 3 !
Voilà toute l’astuce, chacun est noté par rapport à un capital de coups bien à lui et plus du tout sur le PAR théorique des trous !

Les points Stableford

En net
Pour s’y retrouver dans l’attribution des points Stableford il faut partir de son jeu, c’est à dire sur chaque trou d’un nombre de coups à jouer égal au PAR du trou + les coups reçus (P+CR).
– jouer (P+CR) rapporte 2 points Stableford
– jouer 1 au dessous rapporte 3 points Stableford
– jouer 2 au dessous rapporte 4 points Stableford
– jouer 3 au dessous rapporte 5 points Stableford
– jouer 1 au dessus rapporte 1 point Stableford

Si la balle n’est pas rentrée avec 1 coup au dessus de (P+CR) il  devient  inutile de continuer le trou. On note une croix sur la carte ce qui équivaut à 0 point.
Comme les coups reçus ont été pris en compte on parle de score stableford net.

Ne nous inquiétons pas, en compétition c’est l’ordinateur, ou un organisateur compétent, qui fera le calcul. Il suffit de noter nos coups trou par trou.
Totaliser 36 points Stableford sur 18 trous c’est avoir joué son index.
En compétition comptant pour l’index avec 36 points rien ne bouge pour personne.
Au dessus l’index diminue pour tout le monde. Au dessous de 36 points pour les joueurs dont l’index est inférieur à 18,4 il devrait remonter. Mais il existe une zone tampon qui selon les catégories fait qu’entre 31 et 36, le joueur est pardonné et l’index ne bouge pas !
Rappelons que depuis 2016, les index supérieurs à 18,4 ne remontent plus en cas de contre performance.

De plus, pour tenir compte des conditions météo, de la position des drapeaux, du nombre de joueurs ayant contre-performé ou sur-performé… la zone tampon peut-être ajustée, on parle alors de ZTA. Mais là il faut attendre le calcul de la FFG pour connaître très précisément l’étendue de la ZTA du jour et du parcours concerné. Dans certaines conditions particulièrement difficiles il peut arriver que dès 34 points Stableford la baisse des index commence.
Sur ce document de l’AGE (en anglais) la façon dont est calculée la ZTA (CBA) depuis janvier 2016.

En brut
Pour permettre aux gros bras de briller quand même dans une compétition décomptée en Stableford, une notation en brut est établie.
Dans ce cas les coups reçus n’entrent plus dans le calcul et c’est le nombre de coups effectivement joués qui est comparé au PAR de chaque trou.
– jouer le PAR rapporte 2 points Stableford brut
– jouer PAR-1 rapporte 3 points Stableford brut
– jouer PAR-2 rapporte 4 points Stableford brut
– jouer PAR-3 rapporte 5 points Stableford brut
– jouer PAR+1 rapporte 1 point Stableford brut
– jouer PAR+2 ne rapporte plus rien.

Le score brut n’est pas pris en compte pour le calcul de l’index. Par contre sur une compétition donnée il indique le meilleur joueur absolu du jour… qui souvent remporte aussi le tournoi en net !