Les profils de personnalité

Temps de lecture : 6 minutes
Vues : 2

Dans le monde sportif, la quasi totalité des enseignants font aujourd’hui référence aux profils de personnalité et aux profils biomécaniques. Au delà d’un effet de mode, c’est une manière d’admettre que chaque élève doit être considéré dans sa singularité et sa globalité. Il en ressort une profonde mutation des contenus des enseignements et de la façon d’aborder un élève.
Cet article sur les profils de personnalité fait partie d’un ensemble de 2 textes qui se proposent d’aborder le cadre d’une pédagogie moderne du golf.

Pour bien comprendre ce que recouvre la notion de profils de personnalité, et les outils dont se dote la pédagogie contemporaine il faut remonter au début du XX° siècle. C’est à cette époque que l’on commence à distinguer les humains en catégories pour expliquer leurs comportements.

profils de personnalité

Dès 1913 le psychiatre suisse Carl Gustav Jung (1875-1961) commence à développer une théorie des types psychologiques qu’il fixera dans un ouvrage paru en 1921. Il y jette les fondements de son concept de « psychologie analytique ».

Il y postule l’existence d’une structure de la personnalité des individus reposant sur des fonctions. Jung distingue 4 fonctions psychologiques que chacun possède en lui à des degrés différents :

1 • le type Pensée, abréviation T pour Thinking
2 • le type Intuition, abréviation N pour iNtuition
3 • le type Sentiment, abréviation F pour Feeling
4 • le type Sensation, abréviation S pour Sensation

Il écrit : « Pour s’orienter dans le champ du conscient, il faut constater que quelque chose existe (sensation), en connaître la signification (pensée), en apprécier la valeur (sentiment), et percevoir d’où cela vient et où cela va (intuition) »

Pour Jung ces quatre fonctions marchent par paire selon la façon dont l’individu recueille et traite l’information :

  • Perception (P), recueil de l’information par intuition (N) ou par sensation (S)
  • Jugement (J), traitement de cette information par la pensée (T) ou le sentiment (F).

Jung détermine également deux attitudes qui distinguent les deux façons dont un individu se charge en énergie :

  • L’extraversion (abréviation E) pour ceux dont l’énergie psychique est fournie par le monde extérieur, l’environnement, les activités, les expériences ;
  • L’introversion (abréviation I) pour ceux dont l’énergie psychique est fournie par son univers intérieur, des idées, des souvenirs, des émotions.

Jung dessine alors à partir des quatre fonctions et des deux attitudes 8 types psychologiques expliquant les modes de fonctionnement des individus.

1 – Extraverti (E)Pensée (T)Jugement (J)
2 – Extraverti (E)Sensation (S)Perception (P)
3 – Extraverti (E)Intuition (N)Perception (P)
4 – Extraverti (E)Sentiment (F)Jugement (J)
5 – Introverti (I)Pensée (T)Perception (P)
6 – Introverti (I)Sensation (S)Jugement (J)
7 – Introverti (I)Intuition (N)Jugement (J)
8 – Introverti (I)Sentiment (F)Perception (P)

Aujourd’hui de nombreux psy parlent des 16 types de personnalités inspirés par les travaux de Jung. Le MBTI est plus précis sur ces 16 types (voir ci-dessous)

Si vous souhaitez tenter un test et connaître votre profil psy selon Jung voici un test. Ce questionnaire est sans danger, ce qui n’est pas le cas de nombreux autres qui figurent sur internet.

Dans un dernier ouvrage, L’homme et ses symboles, publié après sa mort en 1964, Jung met en garde contre les possibles récupérations de ses travaux visant à classer les gens dans des cases dont ils ne sortiront jamais.
Il affirme que dans sa vie toute personne peut changer. Mieux selon les circonstances, il peut changer dans le cours d’une journée…
Jung affirme même : « il est assez stérile d’étiqueter les gens et de les presser dans des catégories. »

Après la mort de Jung ses types psychologiques vont connaître divers prolongements. Les deux principaux sont nés dans des milieux idéologiquement opposés.

  • La socionique est un pur produit de l’URSS et un outil utilisé par le KGB. Elle définit le sociotype des individus selon un certains nombre de critères bien définis.
    Aujourd’hui la socionique est devenue une discipline scientifique qui réunit des chercheurs et des praticiens très sérieux.
  • Le MBTI, Myers Briggs,Type Indicator, est pour sa part né aux États-Unis dans le courant des recherches menées au XX° siècle sur le développement personnel.

Les deux méthodes ont de nombreux points communs mais surtout une grosse divergence

profils de personnalité

La socionique postule que chaque personne accepte et produit de l’information de manière différente selon son type, ce qui génère des comportements différents. Elle stipule que les relations humaines sont prévisibles. Elle propose un modèle relationnel selon 14 types. La socionique permettrait de mieux se connaître, mais aussi de communiquer, d’accepter, et d’anticiper.

La socionique a été développée par la psychologue lithuanienne Aushra Augustinavichute à partir de la fin des années 1950. Elle n’apparaîtra dans le reste du monde qu’en 1990, après la chute de l’URSS.

Vous pouvez trouver un test socionique ici et un autre très simple ici.

Selon les auteurs, la socionique propose 14 ou 16 types de personnalités. Voici un tableau en 16 types répartis en 4 groupes : Alpha, Bêta, Gamma, Delta. Les profils de personnalité d’un même groupe partagent les mêmes aspirations et priorités de vie.

Groupe AlphaGroupe Bêta
Extraverti intuitif-logiqueExtraverti éthique-intuitif
Introverti éthique-sensorielIntroverti logique-sensoriel
Extraverti éthique-sensorielExtraverti sensoriel-logique
Introverti logique-intuitifIntroverti intuitif-éthique
Groupe GammaGroupe Delta
Extraverti sensoriel-éthiqueExtraverti logique-sensoriel
Introverti intuitif-logiqueIntroverti éthique-intuitif
Extraverti logique-intuitifExtraverti intuitif-éthique
Introverti éthique-sensorielIntroverti sensoriel-logique
Tableau tiré du site socionique.fr
profils de personnalité

Le MBTI qui apparait en 1962 a été fondé par Isabel Briggs Myers et sa mère Katherine Cook Briggs. Aucune des deux femmes n’était psychologue de formation. Au niveau conceptuel, le MBTI reprend les travaux de Jung.
L’apport des fondatrices est double.

1 – Tout d’abord elles ont « clarifié » la pensée de Jung en fixant les 16 types psychologiques aujourd’hui évoqués.

2 – Puis elles ont élaboré le questionnaire qui porte leur nom lequel permet de déterminer dans quel type de profil se trouve un individu.

Aujourd’hui le test officiel est protégé par une marque déposée. Il n’est pas accessible gratuitement et il est nécessaire d’être certifié pour l’utiliser avec des patients (voir le site MBTI).

Le test aboutit au classement des individus selon 16 types psychologiques, notés eux aussi à l’aide de quatre lettres.
À chaque type correspond un qualificatif.

ESTJ
Organisateur
ISTJ
Administrateur
ENTJ
Meneur
INTJ
Perfectionniste
ESTP
Pragmatique
ISTP
Praticien
ENTP
Innovateur
INTP
Concepteur
ESFJ
Nourricier
ISFJ
Protecteur
ENFJ
Animateur
INFJ
Visionnaire
ESFP
Boute-en-train
ISFP
Conciliateur
ENFP
Communicateur
INFP
Zélateur

Chaque type est décrit avec ses caractéristiques. En cliquant sur les types dans le tableau ci-dessus vous pouvez découvrir les descriptions reprises par Wikipédia.

À première vue ces descriptions ressemblent beaucoup à ce que nous proposent les astrologues. À la différence que ces types psychologiques ne dépendent ni d’une date de naissance ni d’une « lecture » de la position des astres, mais de l’analyse des résultats d’un questionnaire qui à largement été débattu et critiqué par de nombreux psychologues et psychiatres.

Comme il était prévisible les restrictions pour cause de business relatives au test MBTI© ont fait naître des questionnaires parallèles non officiels. Le NERIS Type Explorer est l’un d’eux. Tentez de découvrir votre profil ici.

La façon dont nous nous comportons dans la vie et donc sur un parcours de golf est fortement déterminée par notre pensée, notre intuition, nos sentiments et nos sensations. Mais aussi par la façon dont nous recueillons l’information et par la façon dont nous la traitons.

profils de personnalité

Il peut être utile de connaître son profil de personnalité. Collectons-nous de l’information par intuition ou sensation ? La traitons-nous en la jugeant par la pensée ou par les sentiments ? Autant de questions dont les réponses influent sur la conduite d’une étape importante de notre jeu : la routine

Prenons un exemple simple : la prise de décision au moment du choix d’un club. Certaines personnes commencent par regarder leur montre GPS ou consultent leur télémètre pour connaître la distance à parcourir. D’autres se servent à la fois de la montre et du télémètre. Si vous leur demandez la distance, ils l’annoncent au mètre prés.
Certains cherchent sur le fairway des repères de distance et font une évaluation. Et enfin d’autres se contentent de leurs yeux. Ils ne peuvent pas donner une distance précise, mais savent pertinemment quel club ils doivent jouer.
Et au final tous placent leur balle correctement.

Chacun a réussi mais chacun est passé par des voies différentes pour collecter et traiter l’information dont il avait besoin. Nous sommes bien sur des profils de personnalité très différents.
Celui qui n’a pas besoin d’instruments pour évaluer une distance ne saurait que faire d’une mesure précise et celui qui ne saurait s’en passer ne peut pas jouer sans cette mesure. Et celui qui utilise les repères du parcours n’a pas besoin de mesure précise, mais ne saurait se passer d’une mesure.

Comme toujours il faut garder son esprit critique en éveil face à tout classement des individus.
Nous sommes dans un domaine sensible. Quoi de plus sensible que la psychologie. Il convient de prendre les résultats de ces tests pour des indications et non comme des vérités intangibles.
Surtout ne prenez pas pour argent comptant les résultats des tests que vous effectueriez sur vous-même ou vos proches.
Sachez garder tout le recul nécessaire ! Il faut quand même une certaine formation au maniement de ces outils pour les pratiquer valablement et sans danger.


Mots clés