87 – Putting et vitesse des greens

Au putting notre attention doit principalement se porter sur trois paramètres : la ligne de putt, l’alignement de la face de club, et la vitesse de la balle.
Nous avons abordé ces trois aspects dans l’article : « Le putting – Promenons-nous sur les greens« . Concentrons nous aujourd’hui sur le cas particulier de la vitesse.

Vitesse et vision

Les pilotes de Formule 1 surnomment le célèbre circuit allemand du Nürburgring, « l’Enfer vert ». En effet, quand ils sont lancés à pleine vitesse les forêts qui bordent la piste de part et d’autre se fondent en un épais rideau vert. À cause de la vitesse, le cerveau n’est plus capable de distinguer les arbres, il a dépassé sa limite de discrimination, il ne perçoit plus qu’un mur vert.

Quand nous sommes à l’arrêt dans notre voiture notre champ de vision est de 150°. À 40 km/h il n’est plus que de 100°, à 70 km/h de 75°, à 100 km/h de 45° et à 130 km/h de 30°. Imaginez à 300 à l’heure !

A 130 km/h seule la route reste dans le champ visuel du conducteur. © Guide-vue.fr

La balle et le trou

Puisque nous sommes en plein travail d’imagination, imaginons que notre balle de golf  « voit » le trou.
Comme pour nous dans notre voiture, plus elle ira vite et plus le trou deviendra étroit pour elle. Si elle parcourt 13,4 cm/s, soit un tour par seconde la largeur du trou n’est déjà plus que de 9 cm (le trou à un diamètre de 10,8 cm). Pour 3 tours/s soit 40 cm/s la largeur du trou n’est plus que de 6,4 cm. Pour 5 tours/s soit 67 cm/s le trou ne fait plus que 3,6 cm de large et pour  7 tours/s,  1,3 cm.
Comme la balle a un diamètre minimum de 4,26 cm, si elle arrive sur le trou avec une vitesse supérieure à 4 tours/s soit 53,6 cm/s, elle ne « voit » plus le trou et n’a aucune chance de tomber au fond. Elle file par dessus comme un train sur ses rails *.

Le moment de vérité. Tombera, tombera pas ?

Pour mettre toutes les chances de notre côté et voir tomber la balle dans la coupe, nous devons donc lui donner une vitesse initiale telle que la vitesse résiduelle au trou soit inférieure à 1 tour/s (13,4 cm/s). C’est notre seule chance pour qu’elle « voit » celui-ci dans sa pleine largeur !
Si la vitesse au trou est inférieure à 3 tours/s (40 cm/s) et si la balle est bien centrée, elle peut encore tomber. Si elle est décentrée c’est la virgule assurée. La vitesse optimale pour mettre toutes les chances de notre côté est inférieure à 2 tours/s (27 cm/s). A condition toujours que la balle se présente plein trou !

On peut envisager le problème autrement. La condition pour qu’une balle tombe est qu’elle soit plus qu’à moitié entrée avant de taper l’arrière du trou. Son centre de gravité doit être en dessous du bord. Si elle tape juste sur l’équateur elle peut encore tomber mais le saut par dessus ou la virgule guettent très fortement… L’idéal, car il existe, reste que la balle n’aille pas frapper l’arrière du trou, ce qui correspond bien à une vitesse inférieure à 2 tours/s.

Abordons la véritable explication car hors de notre imagination la balle ne « voit » pas le trou ! Par contre elle est soumise à une force implacable : la pesanteur. Si elle passe sur le trou avec une énergie de vitesse supérieure à la force de la pesanteur, elle n’a pas le temps de descendre suffisamment. Elle n’entre pas.
Si la balle traverse le diamètre entier du trou (10,8 cm) en moins de 33 centièmes de seconde elle ne tombe pas. Que dire si elle n’est pas plein trou, un peu à droite ou à gauche ? Et bien nous avons une magnifique virgule alors que la balle semblait prête à tomber…
Voilà pourquoi, compte tenu de la configuration du green et de l’emplacement de notre balle, celle-ci ne peut entrer que par un endroit bien précis du trou qu’il convient de déterminer puis d’aborder dans la ligne, à la bonne vitesse.

La vitesse des greens

Nous voyons à quel point il est important d’avoir une idée de la vitesse des greens avant de nous engager sur un parcours.
Nous parlons couramment de greens lents ou rapides à partir de la sensation que nous retirons de notre expérience : la balle roule loin ou non. Cette sensation est empirique. Or il, existe un outil, le stimpmeter ou greenvite, qui permet de donner une mesure bien réelle.

Pour mesurer les vitesse des greens les jardiniers disposent d’un outil, le stimpmeter ou greenvite. L’instrument est constitué d’une réglette longue de 91 cm et large de 4,4 cm. « La règle présente une cannelure en V avec un angle intérieur de 145° afin d’y faire rouler une balle. Une encoche placée à 76 cm de l’extrémité permet de retenir la balle tant que l’inclinaison de la règle est inférieure à 20°. Lorsque la règle est soulevée progressivement et lentement par son extrémité côté encoche, l’autre extrémité reposant sur le green, la balle quitte l’encoche dès que l’inclinaison atteint 20° et roule alors le long de la règle puis sur le green où elle parcourt une certaine distance. » (Golfpédia : l’encyclopédie du golf) La distance de roule de la balle est mesurée depuis son point de contact avec le gazon jusqu’à son point d’arrêt.

Pour effectuer ces mesures le jardinier se place sur un green, à un endroit plat, aux abords d’un trou. Il fait six lâchers de balles : trois dans un sens ; trois dans le sens exactement inverse. Il obtient donc 6 mesures dont il fait la moyenne. On considère qu’un green est d’une vitesse normale si la moyenne des mesures est autour de 2 m. Elle devient lente dès 1,5 m et rapide au-dessus de 2,6 m. Les parcours préparés pour des compétitions professionnelles peuvent avoir des greens qui dépassent 3 m mesurés au stimpmeter.

Peu de golfs affichent sur leur putting green sa vitesse mesurée. Vouloir la vitesse mesurée de tous les greens tient du rêve insensé !
De plus cette donnée varie tout au long d’une journée : la rosée s’évapore, le gazon pousse, le soleil assèche les greens exposées à ses rayons…

De la théorie à la pratique

Et puis soyons honnêtes, connaître cette mesure ne va pas nous permettre de calibrer notre putting comme par miracle. Elle ne sera qu’une indication : en dessous de 2 m le green est lent, en dessus il est rapide. Ce n’est guère suffisant !

Il faut donc tâter du putting green avant de se lancer sur le parcours… Il faudrait même y passer un peu de temps pour que notre cerveau s’approprie la vitesse de roulage. Espérons que cette vitesse soit à peu près semblable à celle des greens.
Sur le green, une fois le point d’entrée et la ligne de putt déterminés, putter en main, face à la balle, c’est une évidence nous n’avons que notre cerveau pour déterminer l’intensité de la frappe qui conduira la balle face au trou à la bonne vitesse. Et les données du problème restent au nombre de  deux :
– la pente : montée ou descente,
– la vitesse du green.
Ne parlons pas des irrégularités du gazon qui risquent dévier la balle d’autant plus que sa vitesse est faible aux abords du trou !
Il faut pourtant intégrer tous ces paramètres. Pas si facile le putting !
Pour évaluer la vitesse et donner à notre frappe la bonne intensité nous ne pouvons compter sur aucune aide technologique. Il ne reste plus que la pratique, donc un réel entrainement.

Au final, comme toujours : l’entraînement

Geoff Mangum

Encore faut-il s’entraîner correctement. Il existe de nombreuses méthodes d’apprentissage du putting. Toutes s’inspirent plus ou moins, et souvent sans l’avouer, des travaux de Geoff Mangum, un coach américain qui a consacré et consacre toujours sa vie au putting. Geoff Mangum a créé la méthode Putting Zone.
Il enseigne encore, vient de temps en temps en France où il intervient dans le cadre de la PuttingZone Academy France. Laurent  Jockschies qui anime cette Academy s’emploie à répandre la méthode de Mangum en France. Laurent a déjà formé les premiers bataillons de pros certifiés qui officient maintenant dans nos clubs. Il devient donc relativement facile de trouver une formation Putting Zone.

De nombreuses vidéos de Goeff Mangum sont visibles sur YouTube (toutes en anglais). Il y a aussi quantité de vidéos en français de Laurent Jockschies.

Il existe d’autres méthodes, d’autres approches. Les académies Leadbetter propose « One Putt ». Toutes les écoles Golf Academy proposent des stages de putting. Triangulaid a sa méthode. Joël Bernard édite une formation vidéo. Je n’ai pas pratiqué ces méthodes, je ne peux donc en parler.
Je vous avais mis il y a déjà plusieurs mois les 4 vidéos du cours d’Edouard Montaz dans l’article consacré à la vision humaine.

Une recherche sur internet avec « stage putting » donne une idée de la richesse de l’offre !  Il faut simplement  choisir une méthode et s’y tenir, sous peine de confusion.

Faites régler votre putter par un clubmaker compétent. C’est le meilleur investissement matériel que vous pouvez faire.
Beaucoup plus « rentable » en gain de points que l’achat d’un nouveau driver…

 

*Les chiffres de ce paragraphe sont empruntés à Golf et Science écrit sous la direction de Mark Smith paru aux éditions Vigot.