23 – Le mental au golf pour faire quoi ?

Temps de lecture : 3 minutes

La question se pose. Le mental est un peu l’Arlésienne des golfeurs : tous en parlent mais beaucoup ne veulent l’aborder qu’avec parcimonie. Il convient donc avant tout de répondre à la question : le mental au golf pourquoi faire ?

«  Le golf est 95% mental. Lorsqu’on joue mal, on n’a pas besoin d’un pro mais d’un psy » (Mark Twain)
« Le golf est 100% mental et 100% technique ! » (Ben Hogan)
Vous avez le choix des citations… et il y en a d’autres. Si la seconde établit un équilibre entre technique et mental encore faudrait-il  y ajouter le physique pour respecter les trois composantes qui déterminent le golf de chacun : la technique, le mental et le physique. Et souvenons-nous que la plus faible de nos capacités limitera les deux autres.

Pas physique le golf ?

Qui n’a pas entendu un golfeur raconter qu’il loupe toujours son départ sur le trou numéro 1 car il n’a pas assez de force mentale pour résister aux regards qu’il sent peser sur lui ? D’accord mais le même oublie de dire qu’il rate aussi ses départs du 2, du 3… et qu’il n’a réussi que les mises en jeu des pars 3 avec son bois 5 ! Dans ce cas, le problème n’est pas mental mais technique.

Il ne faut donc pas faire porter au compartiment « mental »  ce qui relève  du « technique ».

le mental au golf

Comment aborder le mental au golf ?

Parler de mental n’a de sens que dans la durée du jeu et ce pour trois raisons :

1 – Un swing de golf dure au maximum 3 secondes. Pour un golfeur moyen qui joue 100, son temps effectif de jeu est de 5 minutes ! Sur une partie de 4 heures il lui reste 3h et 55 min pendant lesquelles il va continuer à jouer au golf dans sa tête. Il gamberge et c’est précisément là que son mental peut avoir un effet positif ou négatif.

2 -En réalité le jeu de golf ne laisse que peu de répit au joueur. Chaque coup compte, les obstacles, sournois, guettent. Chaque coup est unique et se construit sur une page blanche avec la nécessite de  mobiliser en soi des ressources et de faire des choix. Et il n’est pas toujours aisé mentalement de faire 100 choix à la suite, un toutes les deux minutes en gros pendant une partie. C’est là où il convient d’être solide.

3 – Contrairement à d’autres sports qui permettent d’évacuer le stress dans un effort physique, le golf n’offre pas cette possibilité. Même si le swing nécessite de développer de l’énergie pour donner un maximum de vitesse à la tête du club, il n’a pas une existence suffisamment longue sur la durée pour nous débarrasser de notre stress. Et tout au long de la partie ce dernier s’accumule, comme la vapeur d’eau dans un cocotte minute.

le mental au golf
Phil Mickelson

Le mental est un tout à entrées multiples

Le mental dont nous avons besoin au golf ne se résume pas à savoir maîtriser nos émotions. C’est important certes mais il faut aller au delà. Au golf le plus grand pourvoyeur de mauvaises cartes est le stress. Il faut savoir le reconnaître, le prévenir et le chasser s’il s’installe. Au golf il faut absolument savoir centrer son attention sur son jeu et ne pas laisser les trous passés perturber la suite du parcours. Il faut jouer dans le temps présent. Au golf il faut maîtriser, son alimentation, son pas, son temps, ses capacités de réflexion et d’analyse.
Tout celà s’acquiert en apprenant à respirer, à marcher tête haute d’un pas régulier, ni trop lent ni trop rapide, à relâcher ses muscles… Pour nous accompagner et nous venir en aide nous pouvons miser sur la sophrologie le Qi Gong ou la méditation en pleine conscience vers laquelle va ma préférence.
C’est à ce prix que nous pourrons acquérir la régularité de jeu derrière laquelle nous courrons tous !

Cet article doit son inspiration au Livre d’Antoni Girod «Golf Préparation mentale». 

Enregistrer