76 – Bunkers : quand on est au fond du trou

Temps de lecture : 8 minutes

Les bunkers. Aucun chapitre du livre des règles n’est spécifiquement consacré aux bunkers. Mais ils sont souvent évoqués dans telle ou telle règle particulière. Étudions donc quelles attitudes il convient d’avoir quand nous sommes au fond du trou.

Reprenons exactement la définition du bunker donnée dans le livre des règles :

« Un bunker est un obstacle consistant en une aire aménagée, souvent en creux, d’où le gazon ou la terre ont été retirés et remplacés par du sable ou un matériau similaire.
Un sol engazonné en bordure ou à l’intérieur d’un bunker, y compris une face constituée de mottes empilées (recouvertes de gazon ou en terre), ne fait pas partie du bunker. Une paroi ou lèvre d’un bunker non recouverte de gazon fait partie du bunker. La lisière d’un bunker se prolonge verticalement vers le bas, mais pas vers le haut.
Une balle est dans un bunker lorsqu’elle y repose ou qu’une partie quelconque de la balle touche le bunker. »

bunkers

bunkers
La balle est bien dans le bunker

Nous trouvons déjà quelques points essentiels :

– un bunker est un obstacle, ce qui a un sens bien précis au golf.
autour et dans le bunker tout ce qui est engazonné ne fait pas partie du bunker.
une paroi ou lèvre non engazonnée fait partie du bunker. Ce qui ne permet pas quand la balle est bien coincée sous la lèvre, de bénéficier de toutes les options de la balle injouable. Il faut tenir compte du fait qu’elle est dans le bunker.
la lisière du bunker ne se prolonge pas vers le haut. Donc une balle qui resterait coincée dans un arbre au dessus d’un bunker (au golf tout est possible !) n’est pas dans l’obstacle. Le joueur garde le bénéfice de toutes les possibilités offertes par la règle de la balle injouable.
– il suffit qu’une partie de la balle touche le bunker pour que celle-ci soit considérée dans le bunker.

Bunkers : actions interdites

Elles sont dans la règle 13-4. Balle dans un obstacle ; Actions interdites.
Toute action qui permettrait de s’informer sur la consistance du sol est interdite.  Non seulement dans l’obstacle ou repose la balle mais dans tout obstacle similaire à proximité. Interdit donc d’aller reconnaître le sable dans un bunker voisin.
La main et tout club tenu à la main ne doivent pas entrer en contact avec le sable. La règle précise bien la main ou un club tenu à la main.  Les râteaux ne sont pas concernés, ils peuvent être descendus dans les bunkers. Ils font partie des obstructions amovibles.
Il est interdit de toucher ou déplacer un détritus reposant dans l’obstacle ou le touchant.

Ces interdictions s’appliquent quand une balle est dans un obstacle ou quand une balle, ayant été relevée d’un obstacle, est susceptible d’être droppée ou placée dans l’obstacle. Dans le cas d’une balle déclarée injouable par exemple ( voir plus bas).

Dans tous les cas, effectuer une action interdite coûte deux points de pénalité.
Seules les pieds du joueur peuvent entrer en contact avec le sol du bunker.

Il y a des exceptions :
• Exception 1
– si le joueur tombe dans le bunker ou cherche à éviter une chute.
– si le joueur pose ses clubs dans l’obstacle sans les tenir à la main. Ce dernier point provoque parfois des discussions en compétition. Si un joueur lâche son club après avoir joué, il doit avoir complètement lâché le club avant que celui-ci touche le sol.
• Exception 2
– pour aplanir le sable ou la terre dans l’obstacle à condition que ce soit pour préserver l’obstacle et non pour améliorer les conditions de son coup. Mais il faut éviter autant que faire se peut d’utiliser cette exception. Il sera souvent difficile d’éviter les discussions sans fin sur ce point.
– quand la balle a été jouée et si elle est sortie de l’obstacle le joueur peut aplanir le sable ou la terre sans restriction.

Bunkers : respect du lie. Règle 20-3

bunkers
Le lie ne doit pas être modifié

Si le lie d’une balle devant être placée ou replacée a été modifié la règle 20-3 prévoit que :
« dans un bunker, le lie initial doit être recréé au plus près et la balle doit être placée dans ce lie ».
La règle a son importance car il arrive qu’un joueur puisse être amené à placer ou replacer sa balle dans un bunker.

Obstructions et détritus

bunkers
Le morceau de bois est un détritus. Il ne peut être déplacé. Le râteau est une obstruction amovible, il peut être enlevé.

Sur un parcours de golf tout ce qui est artificiel est une obstruction. Un chemin, un poteau, une construction, un râteau, une bouteille sont des obstructions.
Il y a des exceptions. Elles sont détaillées dans les définitions sur le livre des règles page 44.
Il est indispensable de bien lire les règles locales car un golf a la possibilité de définir comme obstructions divers objets particuliers…
Une obstruction est considérée comme amovible si elle peut être déplacée sans effort particulier. Dans le cas contraire il s’agit d’une obstruction inamovible. Mais là encore lire les règles locales.

bunkers
Si la balle bouge elle doit être replacée dans le même lie

Obstruction amovible. Article 24.1
Dans un bunker l’obstruction amovible que l’on rencontre fréquemment est un râteau. Il est possible de s’en dégager simplement, sans pénalité,  en enlevant l’obstruction.
1/ Si la balle ne repose pas contre le râteau et qu’elle bouge en enlevant celui-ci, il faudra la replacer en respectant la règle 20-3. Sinon la règle 18-2 s’applique avec une pénalité d’un coup.
2/ Si la balle repose contre ou sur le râteau (tout peut arriver), elle peut être relevée sans pénalité, puis droppée, sans se rapprocher du trou, après que l’obstruction a été enlevée. Dans ce cas, la balle peut-être nettoyée et même substituée si la balle initiale n’est plus disponible.

Obstruction inamovible. Article 24-2
Les choses se compliquent car entre en jeu la notion d’interférence. Il y a interférence dans trois cas :
– si la balle repose dans ou sur l’obstruction.
– si l’obstruction empêche le joueur de prendre son stance ou le gêne dans son mouvement intentionnel.
– si, sur le green l’obstruction se trouve sur la ligne de putt.
Mais il n’y a pas interférence si l’obstruction inamovible s’interpose sur la ligne de jeu. Au joueur de faire en sorte de l’éviter.

bunkers
La balle est dans le bunker, sur la deuxième marche. Donc sur une obstruction inamovible.

Dans un bunker si une interférence avec une obstruction inamovible survient le joueur a deux choix :
– une solution sans pénalité en droppant sa balle à l’intérieur d’une longueur de club du point le plus proche de dégagement, à condition que ce point de dégagement soit dans le bunker et que la balle soit droppée dans le bunker sans se rapprocher du trou.
– une solution avec un point de pénalité, en droppant la balle à l’extérieur du bunker. Dans ce cas il doit garder le point ou la balle reposait entre le trou et l’emplacement où elle est droppée. Comme toujours cette opération peut s’effectuer sans limite de distance en arrière du bunker.

Si une balle n’est pas retrouvée dans une obstruction inamovible et que l’on est certain qu’elle a franchi la limite de l’obstruction à un emplacement situé dans un bunker, le joueur peut substituer une autre balle sans pénalité et se dégager comme prévu à l’article 24-2 (voir ci-dessus). Un exemple : la balle est passée sous un escalier de bunker et il est impossible de la récupérer.

Obstructions inamovibles temporaires (OIT)
Ce sont la plupart du temps des installations mises en place lors de compétitions : des tentes, les tableaux de scores, les tours de télévision… Toutes choses qui nous accompagnent au quotidien dans nos exploits golfiques !
Dans les bunkers la règle est la même que pour les obstructions inamovibles permanentes.

Les détritus
Il s’agit d’objets naturels, des morceaux de branchages, des brindilles, des feuilles, des excréments, des vers, des insectes… Dans les obstacles, donc dans les bunkers ils ne doivent pas être enlevés. Il ne faut même pas y toucher sinon il en coûte deux points de pénalité.
Il peut exister une dérogation concernant les pierres dans les bunkers. Pour raison de sécurité les règles locales peuvent contenir la disposition suivante :
« Les pierres dans les bunkers sont des obstructions amovibles (la Règle 24-1 s’applique). »
En partie amicale pour la sécurité de tous, il faut impérativement relever les pierres qui pourraient être dans les bunkers. L’idéal serait bien sûr qu’il n’y en ait pas !

Balle injouable dans un bunker

bunkers
The Himalayas bunker sur le Royal St Georges dans le Kent (GB)

Il est toujours possible à un joueur de déclarer sa balle injouable. Lui seul est juge !
Trois possibilité s’offrent alors à lui avec une pénalité d’un coup :
1 – Appliquer la procédure de coup et distance en jouant une balle aussi près que possible de l’emplacement d’où la balle d’origine avait été jouée en dernier.
2 – Dropper une balle en arrière de l’emplacement où la balle repose, en gardant ce point directement entre le trou et l’endroit où la balle est droppée, sans limite de distance à laquelle la balle peut être droppée en arrière de ce point.
3 – Dropper une balle à l’intérieur de deux longueurs de club de l’emplacement où la balle repose, mais pas plus près du trou.

Dans un bunker, dans certains cas, il peut-être prudent de déclarer une balle injouable. Le joueur a toujours le choix des trois possibilités ci-dessus, mais s’il choisit la solution 2 ou la 3, il doit dropper sa balle dans le bunker.
Pour ceux qui éprouvent des difficultés à sortir des bunkers il peut être intéressant de rejouer hors du bunker selon la procédure de coup et de distance, surtout si le point d’où il faut rejouer n’est pas très éloigné du bunker. Choix risqué bien sûr car il est possible de se remettre dans le même bunker, ou encore pire !

lachute

Tout ceci étant dit les bunkers ne cessent de faire parler d’eux. Il existe un nombre conséquent de décisions prises par les arbitres et faisant jurisprudence. Elles figurent dans le livre des décisions téléchargeable ici.
Une recherche dans ce PDF avec le mot « bunker » assure de la lecture pour la soirée !