07 – Golf et Francs-Maçons

Temps de lecture : 2 minutes

Les origines du golf sont certainement multiples. Selon plusieurs auteurs elles se perdent dans la nuit des temps…

William Saint Clair of Roslin
William Saint Clair of Roslin en 1771 Par Sir George Chalmers © Oxford DNB

Par contre nous savons à coup sûr que les francs-maçons écossais y ont laissé leur trace, comme ils l’ont laissée dans le tir à l’arc.

Le golf prend son essor dans les îles britanniques au XVIII° siècle, la franc-maçonnerie moderne aussi.
Pour cette dernière l’acte fondateur est l’adoption des Constitutions d’Anderson en 1723. Elles ont été rédigées par deux hommes d’église, James Anderson pasteur de l’église presbytérienne écossaise et Théophile Desaguliers, pasteur anglican, ami de Newton, né à La Rochelle.

En tant qu’activité sportive d’adresse, ludique, conviviale et festive, le golf va attirer les francs-maçons britanniques, essentiellement issus de la noblesse et de la haute bourgeoisie, dans la mesure où ils peuvent s’y adonner entre eux.

Les premières règles du golf que nous jouons aujourd’hui ont été rédigées en 1744  par le premier authentique club de golf, l’Honourable Company of Edinburgh Golfers. Or son fondateur n’est autre que William St. Clair of Roslin, le premier Grand Maître de la Grande Loge d’Écosse fondée en 1736.
D’autres clubs suivront, eux aussi créés par des francs-maçons : la Royal Burgess Golfing Society of Edinburgh, la Société des golfeurs de St Andrews devenue le Royal & Ancient Golf Club de St Andrews qui fixa les règles du jeu jusqu’en 2004.
Les clubs de golf étaient la prolongation des loges maçonniques. Les francs-maçons sont même à l’origine du club-house installé à proximité immédiate des parcours de golfs. Là ils pouvaient s’adonner à deux de leurs occupations favorites : se réunir au chaud à l’abri des regards et festoyer. L’entrée de non maçons dans ces clubs provoqua un temps la dissolution de certains.

En 1856 le golf fera son entrée sur le continent européen avec la création d’un club et d’un parcours à Pau où un corps d’armée britannique était resté cantonné après la guerre d’indépendance espagnole (1808-1815). Depuis longtemps les francs-maçons n’avaient plus la main mise sur les associations de golfeurs.

Sur le sujet : un article de Pierre-Yves Beaurepaire
Et aussi un livre : David Stirk, Golf, histoire d’une passion, trad. fr., Paris, Gallimard, 1974,