133 – Les coups gagnés ou strokes gained

Temps de lecture estimé 5 minutes

Mis à jour le 30 avril 2021

On a coutume de dire qu’il faut une petite dizaine d’années pour qu’une idée née aux Etats-Unis traverse l’Atlantique et surgisse en Europe.
Et bien voilà, il y a tout juste dix ans que la notion de Coups Gagnés a fait son apparition dans le golf professionnel sur le Tour américain. Elle arrive en Europe pour les amateurs et il y a fort à parier que nous n’avons pas fini d’en entendre parler !

Mais à quoi ça sert ?

En fait l’utilisation du système Coups Gagnés (SG pour Strokes Gained) permet d’obtenir une analyse fine de notre jeu. Quel est l’état de nos talents golfiques dans les divers compartiments du jeu : mise en jeu, approche, autour du green, putting…
La méthode a deux qualités fondamentales :
– son unité de base est le coup et tout le monde sait ce qu’est un coup au golf.
– elle procède par étapes et la progression d’un joueur peut être mise à jour et analysée après chaque coup joué.

Des coups gagnés sur qui ?

Pour bien comprendre la philosophie du concept il faut se poser la question : coups gagnés sur qui ? Par rapport à quoi ?

La réponse est simple : coups gagnés par rapport à un ensemble de golfeurs dont le jeu va faire office de référence. Dans le monde des statistiques on appelle cet ensemble une cohorte.

coups gagnés
Déjà mal à la tête ?

On comprend que plus la cohorte est importante, plus les statistiques sont fines et crédibles. Si je compare mon jeu à un seul joueur il est évident que l’image obtenue est plutôt rude, pas très nuancée et, surtout qu’elle est très différente selon que je me compare au numéro un mondial ou à Nénesse…

Pour les pros du Tour américain ou du Tour européen rien de compliqué. Depuis le début des années 2000 ils disposent d’une base de données où sont enregistrés tous les coups joués en compétition officielle par tous les joueurs. Les seules valeurs enregistrées sont la distance et le lie.
Pour les joueurs professionnels la cohorte est constituée de l’ensemble des joueurs qui évoluent ou ont évolués sur les Tours.

À l’évidence, nous amateurs et joueurs de loisir, ne disposons pas d’une telle base de données, ni même de cohorte à laquelle nous comparer.

C’est ici qu’entrent en jeu les applications qui depuis nos smartphones traquent littéralement notre jeu. Grâce aux satellites (GPS, GLONASS, Galileo, Beidou et QZSS), certaines applis savent tout de l’endroit d’où nous avons joué chacun de nos coups et des distances parcourues par nos balles. Et ce, sur quasiment tous les parcours du monde…

Parmi ces applis, plusieurs stockent ces données sur leurs serveurs et fournissent aux utilisateurs un certain nombre d’informations et de statistiques sur leur jeu. De là à utiliser ces données pour constituer une ou plusieurs cohortes et s’adonner aux joies des Strockes Gained il n’y avait qu’un pas que l’informatique permet de franchir avec élégance.

Je n’ai pas tenté de recenser les applications de golf qui ouvrent sur des statistiques du type Strokes Gained. C’est aujourd’hui le cas de celle que j’utilise : Hello Birdie. Les concepteurs de cette appli disent avoir enregistré sur leurs serveurs plus de 2 millions de coups de golf… Ce qui est suffisant pour commencer à fournir des analyses fiables.

Les analyses de Hello Birdie

Comment ça marche ?

Allons au plus simple. Un joueur joue 67 sur un parcours donné alors que la moyenne de l’ensemble du champ est de 73 (le par total du parcours n’entre pas en ligne de compte). Il a gagné 6 coups par rapport à cette cohorte. Son SG total est de +6. Pour un joueur qui aurait joué 75 le SG total s’établirait à -2.
Nous avons compris : un SG positif c’est bien, un SG négatif, c’est moins moins bien !

Plus compliqué maintenant.
Je reprends le cas analysé par Lionel dans son article sur le site « La petite balle blanche« 

« Prenons l’exemple d’un Par4 de 401 mètres, les données permettent de calculer qu’un joueur en moyenne va faire 3,950 coups pour mettre la balle au fond du trou. Après le premier coup, la balle repose sur le fairway à 97 mètres du trou. En fonction de cette distance et d’une balle sur le fairway, le nombre de coups moyen restant à jouer tombe alors à 2,450. Le calcul du SG est le suivant 3,950 – (2,450 + 1 pour le drive joué) = +0,5 correspondant au SG off-the-tee. Le joueur a donc gagné 0,5 coup suite à sa mise en jeu parfaite.
Poursuivons le trou. Coup de wedge qui dépose la balle du joueur à 4,70m du drapeau. A cette distance, sur l’historique de tous les putts enregistrés, c’est une moyenne de 1,850 putts pour rentrer la balle. Soit 2,450 – (1,850 + 1 pour l’approche jouée) = -0,4 correspondant au SG approach. Le joueur a perdu 0,4 coup dans la section “approches”. Par déduction, on peut aisément calculer le SG Tee-to-green : +0,5-0,4 = +0,1.
Si le joueur rentre son premier putt, il aura un SG Putting de +0,850, et, en revanche, un SG Putting de -0,150 si il doit concéder un second putt. »

Heureusement les applications de nos smartphones sont capables d’effectuer ces calculs sans notre intervention.

strokes gained
Pas de mieux à prévoir ?

Et alors ?

C’est en analysant son jeu selon les Coups Gagnés que Bryson DeChambeau a constaté que sa mise en jeu était trop courte.

Selon ses calculs sur un par4 de 420 m il obtenait un SG de -0,02 avec un drive de 237 m. Il lui fallait une mise en jeu de 293 m pour obtenir un SG positif à +0,26. Il lui restait 127 m jusqu’au trou distance pour laquelle la moyenne des joueurs du Tour a besoin de 2,91 coups pour finir. Ce qui lui permettait d’espérer finir le trou avec un SG positif, et donc une avance théorique par rapport à la moyenne de l’ensemble de tous les joueurs du Tour.

D’où son entraînement intensif avec spectaculaire prise de masse musculaire et allongement de ses drives… Nous connaissons la suite. En 2020  il remportait le Rocket Mortgage Classic avec 3 coups d’avance, l’US Open à Winged Foot avec 6 coups d’avance et en mars 2021 l’Arnold Palmer Invitational avec 1 coup d’avance mais 11 coups sous le par du parcours.

Bryson DeChambeau © Sport Business Mag

Faut-il se mettre aux Coups Gagnés ?

Comme toujours tout dépend de vos objectifs de jeu ! Si le vôtre est un index à un chiffre, les SG pourraient bien vous aider à orienter votre entrainement. Mais il y a fort à parier que les analyses Stokes Gained et une heure de practice par semaine n’y suffiront pas ! Selon votre niveau de départ il faudra plus ou moins de travail…

Voici ce que délivre Hello Birdie pour un joueur « inconnu ».

Par rapport à l’ensemble des données recueillies sur les utilisateurs de l’application, ce joueur a un SG Total de +7.9. Largement bon donc. Mais il gagnerait beaucoup à améliorer sa mise en jeu dont le SG est de -3.0. Heureusement aux approches, autour du green et sur le green il se rattrape très fort.

coups gagnés

Maintenant si les statistiques vous barbent, si vous voulez jouer sans penser au résultat, laissez tomber les SG.

Si vous pensez que tous ces chiffres font perdre au golf une large part de son charme bucolique, il y a toujours quelques fleurs à admirer sur chaque trou d’un parcours, pas besoin de Coups Gagnés… Mais attention au jeu lent ! Pensez aux autres !

Ouf ! Yannick Noah, fou de golf et heureux !