112 – Dans les bunkers

Temps de lecture estimé 9 minutes

Les règles applicables depuis le 1er janvier 2019 contiennent plusieurs nouveautés concernant les bunkers. La règle 12 toute entière leur est consacrée. Voyons plus précisément comment agir maintenant quand nous voici au fond du trou ?

Définition

Ouvrez l’accordéon ci-dessous pour avoir la définition d’un bunker.

Une zone de sable spécialement préparée, qui est souvent un creux d’où le gazon ou la terre ont été enlevés.

Ne font pas partie d’un bunker :

  • Une lèvre, un mur ou une face, en lisière de la zone préparée, constitués de terre, d’herbe, de mottes de gazon empilées ou de matériaux artificiels,
  • La terre ou tout élément naturel qui pousse ou est fixé à l’intérieur de la lisière de la zone préparée (par ex. de l’herbe, des buissons ou des arbres),
  • Du sable qui a débordé ou qui se trouve à l’extérieur de la lisière de la zone préparée, et
  • Toutes les autres zones de sable sur le parcours qui ne sont pas à l’intérieur de la lisière d’une zone préparée (comme les déserts et autres zones de sable naturelles parfois appelées « waste areas »).

Les bunkers sont l’une des cinq zones du parcours spécifiquement définies.

Un Comité peut définir une zone de sable préparée comme une partie de la zone générale (ce qui signifie que ce n’est pas un bunker) ou une zone de sable non préparée comme un bunker.

Quand un bunker est en réparation, le Comité peut définir la totalité du bunker comme un terrain en réparation. Il est alors traité comme une partie de la zone générale (ce qui signifie que ce n’est pas un bunker).

Le mot « sable » utilisé dans cette Définition et dans la Règle 12 comprend tout matériau semblable au sable utilisé comme matériau de bunker (comme les coquillages broyés), ainsi que toute terre mélangée au sable.

bunkers

Les bunkers et la Règle 12

La règle 12 concernant les bunkers étant relativement courte (3 pages ½), je vous la propose en entier dans l’accordéon ci-dessous. Puis, dans la deuxième partie de cet article nous examinerons quelques points précis.

Quelques cas précis

Où est la balle ?

© ffGolf

La Règle 2 stipule qu’une balle ne peut reposer que dans une seule zone du parcours.
Si une balle touche à la fois deux zones la Règle 2.2.c nous aide à préciser.

Si la balle est à la fois dans un bunker et :
– sur la zone générale elle est considérée être dans le bunker.
– dans une zone à pénalité elle est considérée être dans la zone à pénalité.
– sur un green elle est considérée être dans le bunker.

Si vous oubliez l’ordre des priorités accordées aux zones du parcours, souvenez-vous que la Règle préfère la situation la moins favorable au joueur !

Détritus et obstructions amovibles

Qu’est ce qu’un détritus ? Ouvrez l’accordéon ci-dessous pour avoir la définition

Détritus : tout élément naturel non attaché tel que :

  • Les pierres, herbes coupées, feuilles, branches et bâtons,
  • Les animaux morts et déchets d’animaux,
  • Les vers, insectes et animaux semblables qui peuvent être enlevés aisément, ainsi que les monticules ou les toiles qu’ils construisent (comme les rejets de vers et les fourmilières), et
  • Les mottes de terre compacte (y compris les carottes d’aération).

De tels éléments naturels ne sont pas détachés si :

  • Ils poussent ou sont attachés,
  • Ils sont solidement enfoncés dans le sol (c’est-à-dire qu’ils ne peuvent pas être enlevés aisément), ou
  • Ils adhérent à la balle.

Cas spéciaux :

  • Le sable et la terre meuble ne sont pas des détritus.
  • La rosée, le givre et l’eau ne sont pas des détritus.
  • La neige et la glace naturelle (autre que le givre) sont à votre choix soit des détritus, soit, quand elles sont sur le sol, de l’eau temporaire.
  • Les toiles d’araignées sont des détritus même si elles sont attachées à un autre élément.

Il est maintenant possible d’enlever les détritus qui nous gênent un peu partout sur le parcours y compris dans les bunkers. En réalité cet avantage peut parfois susciter des interrogations.

  • En gros nous pouvons enlever les détritus sauf si cet acte provoque un déplacement de la balle. Jusque là ça semble logique.
  • De plus en enlevant un détritus nous ne devons pas améliorer sciemment nos conditions de jeu. Logique aussi.
  • Mais, « le joueur ne doit pas enlever un détritus qui, s’il avait été déplacé quand la balle était au repos, aurait probablement causé le déplacement de la balle. » Pas très clair !

Prenons un exemple. Deux joueurs se retrouvent ensemble dans un bunker, leurs balles sont très proches, à quelques centimètres. L’un relève sa balle afin de l’identifier et pour que l’autre puisse jouer. Dans ce cas celui qui relève ne peut pas enlever un détritus qui en l’ôtant alors que la balle était au repos aurait provoqué le déplacement de celle-ci . Le joueur doit replacer sa balle sans enlever le détritus.

Par contre cette disposition ne vaut pas si la balle doit être droppée dans une zone de dégagement. Il est toujours possible de faire le ménage dans une zone de dégagement avant de dropper.

Les mêmes dispositions que pour les détritus s’appliquent pour les obstacles amovibles.

Toucher le sable dans les bunkers

bunkers

Il n’existe plus beaucoup de restrictions. Nous pouvons quasiment toucher le sable dans les bunkers sans pénalité sauf :

  • de manière intentionnelle pour tester sa consistance
  • juste derrière ou devant la balle
  • en faisant un swing d’essai (chaque swing d’essai qui touche le sable compte pour une infraction)
  • en effectuant un backswing.

Dans ces quatre cas le joueur encourt autant de pénalités générales (2 coups) que d’infractions. Ça peut grimper très vite !

Mais il y a des exceptions qui n’entrainent aucune pénalité :

  • Si le joueur cherche sa balle ou veut l’identifier en entreprenant des actions raisonnables. C’est à dire sans tout aplanir autour de la balle…
  • Si le joueur enlève un détritus sans faire bouger la balle.

Hormis les quatre situations données plus haut, d’une manière générale il n’est pas interdit d’avoir un contact avec le sable, même avec un club, même pour ratisser le sable loin de la balle, si les Règles 8.1, 8.2 et 8,3 sont respectées.

  • 8.1 -> le joueur doit jouer le parcours comme il le trouve et n’entreprendre aucune action qui améliore les conditions affectant le coup à jouer,
  • 8.2 ->le joueur ne doit pas entreprendre d’actions délibérées pour modifier des conditions physiques affectant sa propre balle au repos ou le coup à jouer,
  • 8.3 -> le joueur ne doit pas entreprendre d’actions délibérées pour modifier des conditions physiques affectant la balle au repos ou le coup à jouer d’un autre joueur.

Si au moins l’une de ces trois règles est manifestement bafouée le joueur encourt une pénalité générale (2 coups).

Sortir du bunker

Il y a deux façons de sortir d’un bunker :

  • en jouant la balle avec un club et en la projetant hors du bunker ;
  • en déclarant la balle injouable et en demandant à la dropper à l’extérieur du bunker en se dégageant en arrière sur la ligne de référence. (voir plus bas les possibilités de dégagement pour balle injouable)

La première façon ne pose pas de problèmes particuliers à condition que la balle repose immobile à l’extérieur du bunker après avoir été jouée.
Si elle retourne d’elle même à l’intérieur du bunker ou si le joueur est obligé de la dropper dans le bunker : toutes les restrictions vues précédemment s’appliquent à nouveau.

Dans le second cas il faut être tout de suite très clair et affirmer son intention de se dégager à l’extérieur. Vous devez choisir clairement, sans hésiter, avant d’entreprendre quelque action que ce soit dans le sable. Ensuite il devient possible de ratisser le bunker et d’entreprendre toute action impliquant le sable sans pénalité. Même avant de dropper la balle.
Si vous ne choisissez pas clairement, que vous ratissez le sable et décidez finalement de jouer à l’intérieur du bunker, vous encourez 2 points de pénalité.

Règles particulières de dégagement

bunkers
© ffgolf

Dans tous les cas ci-dessous, en plus des solutions citées, le joueur peut toujours choisir un dégagement de coup et distance. C’est à dire rejouer de l’endroit d’où il avait jouer le coup avec 1 point de pénalité. Toutefois cette possibilité n’est pas toujours pertinente.
Le dégagement de coup et distance n’est obligatoire qu’en cas de balle perdue ou passée hors limites (sauf activation d’une règle locale de type E5).

1 – Interférence avec des conditions anormales (eau fortuite, zone en réparation…). Deux possibilités :
– dégagement gratuit en restant à l’intérieur du bunker
– dégagement avec un coup de pénalité à l’extérieur du bunker sur la ligne de référence

2 – Interférence par situation dangereuse due à un animal. Les deux mêmes possibilités ! (Moi je choisis courageusement d’aller le plus loin possible de l’animal dangereux !)

3 – Balle déclarée injouable. Trois possibilités :

– avec un coup de pénalité pour un dégagement en restant dans le bunker. (solutions 2 et 3 dans le schéma ci-dessous)
– avec 2 coups de pénalité pour un dégagement en dehors du bunker sur la ligne de référence. (solution 4 ci-dessous)
– un dégagement de coup et distance avec 1 coup de pénalité qui dans ce cas peut être une bonne solution. (solution 1 ci-dessous)

bunkers
© ffgolf

Pour finir ! Ce n’est pas dans la règle 12 mais il arrive parfois qu’en voulant sortir d’un bunker nous touchions la balle plusieurs fois dans le même swing.
Autrefois il en coûtait autant de points que de touchettes !
C’est fini ! On ne compte plus qu’un seul coup par swing même s’il y a plusieurs touches.

Pour apprendre à sortir correctement des bunkers, le plus simple est de prendre un cours. Pour doser les sorties en distance il va falloir un peu de pratique.
Il existe également des formations vidéo.