105 – Matériel de golf : quand vient l’heure des achats

Temps de lecture estimé 3 minutes

Humour et neurosciences

Un peu d’humour… mais pas que ! Cet article concerne surtout les messieurs, toutefois les dames ne sont pas vraiment épargnées !

Monsieur votre compagne souhaite vous offrir un putter. Quelle bonne idée !
Elle vous donne le choix entre un Inésis 900 et un Scotty Cameron Newport 2.

Inésis 900

Scotty Cameron

Vous savez fort bien que le putter ne « fait » pas le putt et que mis entre de bonnes mains un Inésis 900 fait le travail très correctement.
Alors qu’allez-vous choisir ? Pour ma part, je le sais, je choisis le Scotty Cameron ! Pas vous ?

Le piège hormonal
Effet de la testostérone sur le muscle.

Et bien nous nous sommes faits piéger par notre testostérone ! Cette hormone mâle par excellence vient de nous jouer un bon tour ! C’est du moins ce que démontre une batterie d’expériences réalisées par des chercheurs de l’Institut du cerveau et de la moelle épinière à Paris.

En fait, ces spécialistes de neuroscience décisionnelle ont apporté une explication à une constatation plutôt ancienne de la recherche fondamentale.  À savoir que dans toutes les espèces il existe un besoin fondamental de signifier son rang ! Et nous humains n’y échappons pas. C’est intéressant car un rang social plus élevé nous apporte de meilleures opportunités d’accouplement, l’accès à des ressources privilégiées et/ou une influence sociale plus grande.

La testostérone nous habite

Dans les sociétés humaines, le rang dans la hiérarchie sociale s’affiche par la consommation économique. La possession d’objets de luxe onéreux ne vise pas à répondre à un besoin utilitaire mais à nous situer socialement.
Que les choses sont dures, brutales même, quand nous sommes ramenés à notre dimension animale !

Mais il semblerait que les Hommes mâles, ne sont pas tout à fait responsables. L’expérimentation effectuée à l’Institut de cerveau et de la moelle épinière a mis en lumière le rôle joué par la testostérone, une hormone essentiellement masculine !

Les chercheurs ont comparé l’attitude de deux groupes d’hommes d’âge et de milieu socio-économique similaires, les uns shootés par une dose de testostérone, les autres conservés dans leur état normal grâce à un placebo. Personne ne sachant ce qu’il avait reçu.

Le prestige de la marque © Calvin Klein

En présence d’objets de qualité similaire mais de marques différentes, dont l’une de prestige, les « drogués » se sont rués vers le prestige !
Dans une autre expérience, face à un même objet, un stylo Mont Blanc, les cobayes avaient le choix entre trois définitions : l’une mettant l’accent sur la qualité du produit, une deuxième sur le pouvoir donné par le stylo, et la dernière sur la position sociale qu’il induit. La dernière définition a été massivement préférée par les hommes ayant reçu leur dose de testostérone !

Messieurs, comme principaux producteurs de testostérone de l’espèce humaine il ne reste plus qu’à assumer cette dépendance qui fausse nos choix !

Pas tout à fait car ces dames, éprises d’égalité des sexes depuis toujours « fabriquent » aussi cette hormone masculinisante. Ce qui leur permet d’avoir autant d’acné que les garçons à l’adolescence, mais aussi d’en faire un usage multiple pour développer leur masse osseuse, pour renforcer leur mémoire, leur muscle cardiaque et doper leur libido.

Elles en fabriquent environ 6 à 7 fois moins qu’un homme mais elles y sont très sensibles ! Nous sommes donc en droit d’imaginer que comme pour les hommes, leurs choix peuvent être guidés par cette hormone ? C’est une question qui n’a pas encore retenu l’attention des chercheurs mais qui le mériterait largement ?

Choisissez vos clubs
Le prestige des marques japonaises © Honma

Messieurs revenons à nos choix lorsque nous effectuons un achat golf. Avant de céder aux sirènes des pubs sur papier glacé ou au prestige des marques japonaises ou françaises (certains putters made in France), pensons à notre testostérone. Revenons à plus de modestie et peut-être à une vue plus proche de la réalité de nos talents golfiques.

Pourquoi ne pas aller voir un club-maker ? Ils ne sont pas très nombreux en France, mais nous en avons de compétents dont les conseils valent de l’or et souvent de substantielles économies… Ils peuvent même, si nous y tenons vraiment, nous monter des têtes de prestige sur des shafts très haut de gamme ! Après tout chacun(e) a le droit d’acheter et de jouer ce que bon lui semble et aussi d’afficher son rang social à travers son matériel de golf…

Ou alors messieurs, peut-être un dernier conseil ! Écoutons nos compagnes. La plupart du temps elles savent modérer notre soif de puissance et nous ramener sur Terre !
Elles manquent décidemment de testostérone, c’est évident, mais c’est tellement mieux comme ça…